Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée)
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
28 décembre 2019 6 28 /12 /décembre /2019 22:22
Notes d'après Christophe André. 3 minutes à méditer. L’Iconoclaste, 2017

 

- 5 à 20 minutes par jour -

1) S’arrêter et s’asseoir

- Prendre un moment de non-action.

Accepter de ne pas répondre à l’envie d’être efficace, de réagir aux sollicitations externes ou internes pendant un temps déterminé.

- Mettre une sonnerie, pour ne pas avoir à penser au temps.
- S’asseoir dans une posture propice sur une chaise ou au sol :

dos droit, épaules détendues, mais sur les cuisses, yeux fermés ou mi-clos.

- Rester vigilent – Ressentir – Observer.

 

2) Stabiliser son attention par la présence au souffle

- Souvent, quand nous nous arrêtons, nous sommes préoccupés, dispersés…

Nous avons besoin de quelque chose en mouvement pour mieux fixer notre attention : la cible mouvante que nous avons toujours avec nous est le souffle.

- Il s’agit de ressentir et non de réfléchir au souffle.

- On essaie de déceler les moments où nos pensées s’évadent.

Le but (impossible) n’est pas de faire le vide dans son esprit, mais de prendre conscience de ses vagabondages.

 

3) Élargir l’espace de sa conscience

- Être présent au monde, à tout ce que l’on ressent : le souffle, le corps, les sensations, les sons, les émotions, les idées…

- Chaque fois que l’on prend conscience que l’esprit se resserre sur quelque chose (une sensation, une pensée), on réouvre l’espace de notre attention, sur l’ensemble de ce que nous ressentons.
 

4) Cultiver certaines qualités

Cette étape est facultative.

On peut simplement rester là, dans le présent.

Ou porter son attention sur des valeurs : bienveillance, compassion, amour altruiste…

 

- Des Parenthèses de pleine conscience, tout au long de la journée -

 

Prendre le temps de vivre le présent

Dans les moments intenses, on s’arrête, on respire :

- pour savourer les moments heureux, sans chercher à passer trop vite à la suite.

- pour affronter et traverser les moments douloureux, sans fuite ou rumination.

 

Ne faire « Rien que »

Résister à la tentation de faire plusieurs choses à la fois…

Se concentrer sur une tâche :

rien que… manger, faire la vaisselle, prendre sa douche, dialoguer, marcher, etc.

Partager cet article
Repost0

commentaires