Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • Le Bateau Livre
  • : Bibliographies de littérature jeunesse & activités autour de la lecture, la recherche documentaire et l'éducation à l'image (collège-lycée)...
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Creative Commons License

Le contenu de ce blog
(
textes, images, fiches pédagogiques ou diaporamas)
est mis à disposition selon les termes
de la licence Creative Commons
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-
Partage des Conditions Initiales à l'Identique.

Le travail pédagogique se partage.
Mais si vous pêchez des documents en ligne
pour les utiliser sur le web ou les diffuser,
merci de me contacter au préalable et de
...
- m'indiquer l'adresse de votre blog ou site
  en commentaire de l'article utilisé.
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos / http://lebateaulivre.over-blog.fr

NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.

------------------------
-----------------------------------------------------
Les couvertures de livres sont reproduites
selon les principes du "Mode d'emploi".
 
Je n'ai pas pu joindre tous les éditeurs.
Si une image pose problème, signalez-la,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 12:36

 

Voici une très rapide histoire de la photographie. Mon document original, sous forme de diaporama powerpoint à montrer aux élèves,  s’accompagne de nombreuses illustrations, que je ne peux reproduire ici, pour des questions de droit… Mais les curieux les retrouveront facilement sur Internet, avec les références indiquées.

 

Vous trouverez à la fin une fiche pédagogique...

 

 

I – L’origine de la photographie

 

 

 

1) Découverte optique : la chambre noire

 

Toute l'histoire de la photographie tourne autour d’un principe d’optique :

Quand la lumière pénètre par un petit trou (appelé sténopé) dans un espace fermé et sombre, l’image inversée de ce qui se trouve dehors se forme sur le mur opposé.

 

Ce procédé était déjà connu dans l’Antiquité.

Aristote, (Grèce, IVe siècle avant J.C.) fait part à travers ses écrits de l'utilisation de cette technique afin d'observer le ciel et les éclipses solaires.

 

On fabriquait des pièces spéciales pour les peintres. La lumière passait à travers les petits trous dans la toile des parois externes et projetait des images sur des écrans de papier transparent tendus à l’intérieur. L’artiste pénétrait dans la chambre par une trappe dans le plancher et pouvait recopier les images inversées sur le papier.

Cette technique était appelée camera obscura, ce qui a donné le terme de chambre noire que l'on a conservé pour désigner la partie principale de l’appareil photographique.

 

 

 

2) Découverte physique : la lentille

 

Au  XVIème siècle, une lentille optique est placée à l'intérieur du trou, afin d'améliorer la qualité de l'image.

 

Au XVIIème, on voit apparaître de petites chambres noires « portatives ». Leurs lentilles étaient montées sur un système coulissant permettant de faire la mise au point. Un miroir interne redressait l’image.

 

 Ces chambres noires étaient principalement utilisées pas des dessinateurs : à l'abri d'un rideau noir, ils s'en servaient pour projeter une image sur une feuille de papier, et décalquaient ensuite les contours pour obtenir un dessin assez fidèle de la réalité.

 

 

 

3) Découverte chimique : une surface photosensible

 

Au XVIIIème siècle, on découvre la photosensibilité de certains composés d'argent (comme le nitrate et le chlorure d'argent).

 

Deux scientifiques anglais, Thomas Wedgwood et Humphry Davy firent les premières expériences sur la création d'un support photographique. Ils obtinrent des images, mais qui ne duraient que quelques minutes avant de s'effacer... Ils n’avaient pas trouvé de moyen pour les fixer.

 

De son côté, Jacques Alexandre César Charles, un français, se pencha sur des travaux similaires et parvint à fixer des silhouettes floues et peu contrastées.

 

Il fallait trouver un moyen de conserver les images dans le temps, en stoppant la sensibilité des supports à la lumière …

 

 

 

 

4) 1826 : La première photographie par Nicéphore Niepce

 

Vers 1826-1827, après onze années de recherche, le physicien français Niepce parvint à photographier le paysage qu'il voyait de sa fenêtre.

 

Il obtint un cliché reflétant assez bien la réalité, avec néanmoins un temps de pose qui se comptait en heures (8 heures !).

 

Le support était une plaque d’étain, rendue sensible à la lumière, adapté dans une Camera Obscura.

Niepce appelait ce procédé une héliographie (de Helios, le soleil).

 

En 1832, Niepce s’associe à Louis Daguerre (1787-1851), mais il meurt en 1833. C’est Daguerre qui rend le procédé populaire, en développant le daguerréotype en 1839 : des images réalisées sur des plaques de cuivre, plaquées d’argent et traitées pour être sensibles à la lumière. L’image est ensuite révélée grâce à des vapeurs de mercure.

La daguerréotypie était chère et dangereuse, à cause des produits chimiques utilisés.  La boîte à mercure permettait de développer les daguerréotypes. Une tablette servait à poser la lampe à alcool pour chauffer la coupelle métallique contenant le mercure. La vapeur de mercure montait par le fond ouvert de la boîte pour se déposer sur la plaque disposée en biais à l'intérieur. L'ouverture en demi-cercle, pratiquée sur la face avant, permettait à l'opérateur de suivre le développement de la plaque, à travers un verre rouge.

 

Cela nécessitait un temps de pose relativement long : il fallait utiliser une chaise pour faire le portrait des personnes, ce qui leur donnait un air un peu coincé … comme en témoignent les caricatures de Honoré Daumier pour le journal Charivari.

 

Les daguerréotypes étaient des objets fragiles. Ils étaient souvent montés dans des cadres pour les protéger. Les images produites étaient uniques : elles ne  pouvaient pas être reproduites. Tout le monde voulait se faire « daguerréotyper » … c’était la mode dans les années 1840 … Une des premières fonctions de la photographie a ainsi été le portrait.

 

 

 

II – Evolutions techniques

la prise de vue

 

 

La photographie de presse a évolué et s’est développée grâce à l’amélioration :

 

  • des supports : plus sensibles … ce qui a permis de réduire les temps de pose.
  • des appareils : plus petits et plus maniables

 

Ces progrès techniques ont permis aux photographes de travailler dans de meilleures conditions …

 

 

 

1) Les conditions de travail des premiers reporters-photographes

 

Les appareils photographiques du milieu du 19e siècle ne permettent pas de figer le mouvement et donc de prendre des photos dans le feu de l’action.

Les poses durent de 2 à 20 secondes. C’est pourquoi les photographes de guerre font des photos des champs de bataille après la lutte, ou des mises en scène pour montrer la vie dans les camps.

 

Les conditions de travail sont difficiles : l’anglais Roger Fenton (1819-1869) part avec un laboratoire mobile, un cheval et deux assistants. Le matériel est lourd, peu maniable. Il faut développer les images directement sur place et les manipulations chimiques pour développer les images sont délicates et dangereuses.

 

 

 

2) L’évolution des supports

 

En Angleterre, William Henri Fox Talbot (1800-1877) cherche aussi le moyen de fixer les images produites par la chambre noire et réalise ses premiers essais en 1834.

 

Il reprend ses expérimentations en 1839 et appelle son procédé le calotype (de kalos : « beauté » en grec).

 

Il réussit à diminuer le temps de pose, grâce à la découverte de l’image latente, sur un papier rendu sensible à la lumière et que l’on développe avec un produit chimique adapté (le gallo-nitrate d’argent)

 

Et surtout invente le procédé négatif-positif, qui permettra de reproduire les images photographiques à l’infini. L’image de la fenêtre de Lacock Abbey est un des premiers négatifs …

 

Le mot « photographie » a été utilisé pour la première fois en 1839 par Sir John Herschel, un ami de Fox Talbot. Il vient du grec photos  (lumière) et graphein (écrire)

 

 

 

3) L’évolution des appareils photographiques

 

1889 : George Eastman invente le film photographique souple en bobine,

grâce auquel on peut :

  • Fabriquer des appareil plus petits et plus maniables
  • Faire plusieurs poses sans avoir besoin de recharger son appareil.

 

1911-1913 : Le Leica est créé par Oscar Barnack, un employé de la firme allemande Leitz, fabriquant d’optiques.

Il voulait un petit appareil, léger et maniable et silencieux, que l’on puisse emmener partout.  Il utilise le fameux format 24 X 36, avec des pellicules de 36 poses : ce n’est donc plus la peine de recharger son appareil aussi souvent qu’avant.

 

 

Dans les années 1930, il devient l’appareil de choix de photographes célèbres comme Henri Cartier-Bresson … ou Capa …

 

 

 

4) Une nouvelle technologie : le numérique

 

Les photographes professionnels ne sont pas toujours sur place lors d’un événement inattendu (accident, attentat …), mais le développement du numérique (appareils photographiques compacts ou téléphones portables …) permet à tout le monde d’avoir toujours un appareil sous la main … et d’envoyer facilement ses clichés aux agences ou aux journaux. Tout témoin de l’actualité peut ainsi être amené à photographier un scoop et rivaliser en quelques sortes avec les professionnels. C'est ce qui s'est passé lors du crash du Concorde à Gonesse en 2000...

 

Le numérique a aussi simplifié la vie des professionnels :

pour la prise de vue,

ainsi que la transmission des images.

 

 

 

III – Evolution technique 

le traitement des photographies

 


 

1) Le tirage ou l’impression 

 

 

              1.1. Recadrer

 

Certains photographes ne recadrent jamais les photos au tirage, comme Cartier-Bresson.

D’autres le font, pour éliminer un détail gênant ou en mettre un autre en valeur.

 

Le recadrage peut être aussi imposé par le commanditaire. Et changer le sens, l'impact de l'image.

La célèbre photo, prise par Nick Ut au Vietnam en 1972, a été recadrée dans la plupart des journaux, pour supprimer les soldats visibles sur la droite. Cela renforçait l’impact de l’image … et évitait de montrer la passivité des soldats américains face à cette scène terrible … Cette photo a fait basculer l’opinion publique contre la guerre au Vietnam et a obtenu le prix Pulitzer.

 

 

              1.2. Retravailler la luminosité / le contraste

 

Le photographe  retravaille la luminosité et le contraste de l’image

A / grâce à l’agrandisseur ou au logiciel de retouche d’images  

B / grâce au papier choisi en fonction :

-De la photo que l’on souhaite tirer, pour corriger des imperfections.

-Pour obtenir un effet particulier.

 

La « dureté » du papier se mesure en grades :

Le papier « normal » (grades 0 à 1,5) reproduit toutes les valeurs de gris d’une photo en Noir et Blanc. 

Le papier « doux » (grades 2 et 2,5) atténue les contrastes entre les valeurs claires et les valeurs sombres

Le papier « dur» (grades 3 à 5) supprime les intermédiaires entre le blanc et le noir, qui s’opposent de manière plus forte.

 

La texture du papier joue un rôle :

Le papier brillant accentue les contrastes et les couleurs

Le papier mat les atténue

Il existe d’autres types de surfaces …

 

 

           1.3. Retoucher

 

Que ce soit en laboratoire, ou avec un logiciel de retouche d’images, il est possible de retoucher les images, pour :

- éliminer des défauts (rayures, poussière, yeux rouges …)

- améliorer l’image (coloriser, gommer des détails … comme des rides …).

 

On peut en effet retoucher directement

- un négatif en dessinant dessus

- un tirage : l’encre de chine permet d’estomper les points blancs laissés par la poussière … 

 

 

 

2) Les « effets spéciaux »

 

 

              2.1. Photographie argentique

 

 

Pour tromper le spectateur :


Les « photos fantômes »  pouvaientt être réalisées dans un but humoristique … ou pour tromper des adeptes de l’occulte.

Elles nécessitent une double exposition. Sur une image de Eugène Thiébault,  en1863, le modèle « translucide » ne reste que pour une partie du temps de pose et le décor derrière lui apparaît donc aussi sur le négatif.

 

 

 

Pour imposer la photographie comme un art

 

Au XXe siècle, les photographes font des expériences dans leur laboratoire, pour que la photographie ne soit plus une représentation trop réaliste du monde, mais issue d’une démarche artistique.

 

Wanda Wulz faisait partie du mouvement « futuriste », qui met à l’honneur les innovations techniques, la vitesse … Elle veut montrer « l’état d’âme » et dépasser l’aspect trop réaliste de la photographie.

Pour un autoportrait en chat, elle superpose deux négatifs :, pour former un être hybride, l’équivalent d’une métaphore en littérature.

 

Man Ray a beaucoup utilisé :

- les « rayogrammes », en posant des objets directement sur le papier.

- les solarisations en allumant la lumière au moment du développement.

 

 

 

       2.1. Photographie numérique

 

 

 

Montrer quelque chose qui n'existe pas, servir un discours

 

La retouche est parfois beaucoup évidente.

 

Dans une publicité pour « gaz de France », la terre semble s’ouvrir comme une porte et le slogan était «en cas de besoin, nos réserves sont rangées dans des placards naturels à mille mètres de profondeur »

 

 


Mais la retouche numérique n’est pas toujours visible. Il faut être d’autant plus attentif !

 

Vincent DEBANNE, dans sa série troops of defense / strategic places, ne montre ni tout à fait la réalité, ni tout à fait une fiction : « Un samedi du mois de janvier 2001, des bagarres éclatent dans le quartier de La Défense, suite à un regroupement de jeunes de la banlieue proche.Selon un enquêteur, les heurts de La Défense ne sont pas le fait de «bandes structurées avec des chefs, mais de groupes informels (...) qui ont les mêmes centres d'activités, légales ou illégales, et se retrouvent de façon ponctuelle, à 100 ou 200» Libération, 30.1.2001. La comparaison est injuste ... mais ces réglements de compte m'ont fait penser à cet autre regroupement (100 000 personnes), qui chaque matin, entre 9 h et 10 h, met en place le théâtre des opérations de la guerre économique. Les petits soldats s'acheminent vers leur position, prêts à veiller à la défense de nos intérêts ... Le non-lieu de La Défense peut alors devenir un formidable diorama. »

 

 

 

Alors comment reconnaître le vrai du faux ?

 

L’artiste Joan Fontcuberta veut démontrer qu’une image photographique n’est pas forcément « vraie ».

 

Il raconte et photographie l’histoire du colonel Ivan Istochnikov, pilote d’un engin spatial russe en 1968. Il serait parti accompagné de la chienne Kloka pour expérimenter les effets biologiques de la microgravité. Mais il a disparu au cours d ‘une mission extra-véhiculaire. Seule la chienne a été retrouvée. Le Kremlin, pour ne pas reconnaître cet échec, a alors effacé toute preuve de l’existence du colonel, n’hésitant pas à déporter sa famille en Sibérie et à effacer le visage du colonel sur les photographies.

 

Cette histoire est-elle vraie ?

Non et même les photographies sont des fictions !

 

Elles ont des allures de documentaires, parce que  :

 

*elles font référence à des faits historiques :

-Pendant la deuxième guerre mondiale, de nombreuses photographies historiques ont été retouchées pour effacer certains personnages.

-La chienne Laïca est le premier être vivant à avoir voyagé dans l’espace.

 

* elles sont accompagnées d’un texte à la façon d’un reportage de magazine

 


 

 

La photographie, en 150 ans, a connu des évolutions techniques impressionnantes. Aujourd’hui, elle fait partie intégrante de notre environnement. C’est pourquoi il me semble important de connaître et faire connaître son évolution et les techniques utilisées par les photographes.

 

Ce texte est le commentaire d’un diaporama, dont la présentation n'est pas magistrale : je sollicite les élèves, leur pose des questions, attend les leurs... Pour qu'ils restent attentifs et gardent une trace, je leur demande de remplir au fur et à mesure une fiche pédagogique.

 

Cliquer pour agrandir le document...

 

 

histoire-photo.png

Partager cet article

Repost 0
Publié par Mathilde Bernos - dans Photographie
commenter cet article

commentaires

Adrien 04/11/2016 14:44

Super site Bravo

Mathilde Bernos 15/11/2016 17:34

merci :-)

Anonyme 04/11/2016 14:42

Ce site est bien penser merci ça ma aider dans mon exposer

Mathilde Bernos 15/11/2016 17:35

Tant mieux ;-)

louis 06/04/2016 18:42

merci pour mon exposée

Mathilde Bernos 03/09/2016 13:05

;-)

Laura 25/05/2015 12:15

Bonjour,
Je suis une élève de seconde, et j'ai un exposé à faire sur la photographie, et j'avoue qu'avec toutes mes recherches je commençais à me perdre... Mais votre site m'a bien aidé et m'a permis de comprendre quelques truc, alors merci !

Mathilde Bernos 03/11/2015 23:22

Merci, ça fait plaisir !

Claudia 05/08/2013 16:46


Je suis professeur de physique chimie dans un collège  et je desirerais utiliser le document histoire de la photographie qui est super pédagogique et très adapté pour mon le type d'élève de
collège. Je remercie pour ce travail de qualité. et j'en profite pour demander à l'auteur s'il est possible d'avoir de powerpoint qui va avec.


Cordialement


 

Mathilde Bernos 08/08/2013 18:07



Bonjour.
Merci pour votre intérêt et je suis ravie si ce blog peut être utile à d'autres.
Mais comme précisé en marge, aucun document n'est envoyé en pièce jointe


(cf "droits de reproduction").


Bien cordialement.