Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée). NB : Merci de respecter les conditions de droits de reproduction détaillées plus bas.
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 09:32

GANDOLFI, Silvana

L’île du temps perdu

Les Grandes Personnes, 2014, 272 p.

ISBN : 978-2-36193-245-9

16,5 euros


 

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/data_romans/42/172.jpg

 

Genre : aventure – fantastique - épistolaire

Thème : île déserte – amitié - temps

Niveau : 6e – 5e – 4e

 

Giulia et Arianna se perdent dans les galeries d’une mine, lors d’une sortie scolaire. Sans comprendre comment, elles se retrouvent sur l’île du temps perdu, peuplée d’enfants et d’adultes également perdus. Ils vivent désormais dans l’oisiveté, en récoltant les différents objets égarés sur terre, qui apparaissent sur le rivage. Mais des fumerolles inquiétantes diffusent des émanations toxiques qui transforment ceux qui les respirent en cannibales. Ces fumées proviennent du temps perdu, non plus par oisiveté ou rêverie, mais dans le stress et l’ennui… Comment le combattre, sur l’île comme sur Terre ?

 

J’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, mais me suis ensuite laissée emporter par la poésie du style autant que de l’histoire, qui soulève des réflexions sur le temps qui passe et ce que l’on choisit d’en faire.

 

Des lettres, signées S (l’initiale de l’auteur…), permettent de ponctuer le texte. La narratrice s’adresse à la protagoniste, son amie Giulia, dont elle a décidé de raconter les aventures dans un roman. Elle évoque ses doutes et questionnements liés à l’écriture : choix du narrateur, descriptions de certains passages, dialogues, influence de ce qu’elle vit sur ce qu’elle écrit… « Si quelque chose me trotte dans la tête, comment empêcher que cela se retrouve dans le livre que je suis en train d’écrire ? Peut-être ne suis-je pas encore un écrivain professionnel : un véritable auteur ne mélange pas tout. »

 

L’auteur a également écrit le Baume du dragon, prix des Incorruptibles 2009. On y retrouve quelque chose de cet univers fantastique et poétique. Et l’on ne peut s’empêcher de penser aux différentes îles qui ponctuent la littérature d’aventure : de l’île Mystérieuse à celle des enfants perdus de Peter Pan… Une île dont on a du mal à repartir…

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires