Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Bibliographies de littérature jeunesse & activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'éducation à l'image et la pédagogie (collège-lycée)...
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Creative Commons License

Le contenu de ce blog
(
textes, images, fiches pédagogiques ou diaporamas)
est mis à disposition selon les termes
de la licence Creative Commons
Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-
Partage des Conditions Initiales à l'Identique.

Le travail pédagogique se partage.
Mais si vous pêchez des documents en ligne
pour les utiliser sur le web ou les diffuser,
merci de me contacter au préalable et de
...
- m'indiquer l'adresse de votre blog ou site
  en commentaire de l'article utilisé.
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos / http://lebateaulivre.over-blog.fr

NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.

------------------------
-----------------------------------------------------
Les couvertures de livres sont reproduites
selon les principes du "Mode d'emploi".
 
Je n'ai pas pu joindre tous les éditeurs.
Si une image pose problème, signalez-la,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 17:06

HINCKEL, Florence.

Renversante

L’école des Loisirs, 2019, 93 p. (Neuf)

ISBN : 978-2-211-23938-7

10 €

 

Genre : roman

Thèmes :  Discrimination sexuelle/ Sexisme / Condition féminine / Droits de la femme / Relations filles garçons / genre / Stéréotypes

Niveau : CM1-CM2, 6e-5e

 

Le père de Léa lui demande de réfléchir à la place des filles et des garçons… Mais dans leur société, les rues portent des noms de femmes célèbres, les femmes occupent les postes importants à la tête de l’Etat, le « féminin l’emporte sur le masculin » en grammaire… tandis que les garçons ne doivent pas mettre de shorts trop courts ou que les hommes s’occupent des enfants depuis la nuit des temps… Léa et son frère Tom prennent peu à peu conscience des clichés de leur monde, où règne la domination féminine…

 

Florence Hinckel évoque par petites touches délicates la condition féminine dans plusieurs de ses romans (Hors de moi, Quatre filles et quatre garçons, le Grand saut… ou encore dans plusieurs parutions aux éditions Talents Hauts). C’est un thème qui lui tient à cœur et qu’elle défend bien, autant dans ses textes de fiction que sur son blog. Dans ce roman, elle en fait le sujet principal !

Ce thème m’est également très cher, d’où mon envie de lire son texte. Je travaille notamment avec des 4e autour de l’égalité femmes / hommes dans notre société.

 et je souhaitais introduire la séquence en titillant la curiosité et l’esprit critique des élèves sur la question, en leur présentant une histoire qui prennent le contre-pied de la réalité, pour qu’elle leur apparaisse flagrante.

J’avais pensé montrer un extrait des films d'Eléonore Pourriat : son court métrage Majorité opprimée ou son long métrage Je ne suis pas un homme facile, où dans une société matriarcale, un homme subit des attaques sexistes diverses (discrimination, agression, harcèlement, humiliation…) Mais le texte de Florence Hinckel me semble plus adapté pour des collégiens. Il fourmille de passages que j’aimerais lire pour leur faire prendre conscience de la situation que vivent les femmes au quotidien, tellement ancrée que bien souvent, plus personnes ne prend garde à l’inégalité sous-jacente

Dans ma ville, les rues ou les écoles ont des noms de femmes célèbres. Rue Christine-de-Pisan, avenue Violette-Morris, boulevard Hypathie, et plein d’autres noms de femmes que je ne connais pas, qui ont été mairesses ou députées… on voit bien quelques rues Victor-Hugo ou boulevards Rodin (vous savez, l’amant de Camille Claudel !)[…]

Renversante, p. 13

[…] comme dans toutes les écoles de France, on nous apprend que le féminin l’emporte sur le masculin. Attention, ce n’est pas parce que les femmes sont supérieures ou plus nobles que les hommes ou je ne sais quoi. Non, c’est juste qu’il faut bien une règle pour simplifier la grammaire française, alors pourquoi pas celle—là ? Bon d’accord, au départ, quand cette règle a été décidée au XVIIe siècle par les 40 femmes de l’Académie française, c’était clairement parce qu’elles pensaient que les hommes étaient inférieurs aux femmes. […] C’est injuste, c’est vrai, mais on ne va pas changer l’Histoire ! […]

Renversante, p. 19-20

Renversante faisait bien sûr partie de mes dernières commandes pour le CDI, pour lequel je constitue progressivement un réseau lecture autour de la condition féminine.

 

Outre l’intérêt pédagogique que j’y vois (et pour lequel je remercie Florence Hinckel de m’avoir fournit pile poil le texte que je cherchais !), c’est aussi une histoire facile et agréable à lire. Je suis curieuse d’en parler avec mes jeunes lecteurs. Ce petit roman va vite devenir un indispensable des bibliothèques jeunesse et CDI !

Partager cet article

Repost0

commentaires