Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée)
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 15:44

 

Voici une petite idée à proposer aux élèves d'un club,

pour cette période avant Noël.

 


Les livres ainsi transformés pourront décorer le CDI

et être emportés par les élèves ensuite

...

 


Exemples-0414.jpg

 

A partir d'un livre de poche et d'un pliage très simple

(voir ci-dessous),

on fabrique un sapin.


La couverture peut être conservée

pour faire un décor derrière l'arbre

 

ou découpée et collée,

pour obtenir un cône.

 

Exemples-0369.jpg

 

 

Voir aussi l'article Recycler un livre en hérisson.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 20:26

Il y a quelques temps, je découvrais, sur le site La Boîte Verte, le "Corpus libris" d'Emily Pullen. Libraire à Skylight Books à Los Angeles, elle a eu l'idée de réaliser une série de portraits de ses lecteurs, en jouant avec les couvertures de livres, à la manière du  « Sleeve Faces » (l’art de mettre en scène les pochettes des disques vinyles 33t). On peut trouver de nombreux exemples sur son blog et son tumblr.

 

J'ai repris son idée avec les élèves du club CDI.

Voilà les résultats de deux séances, réalisées deux années différentes. Nous avons eu moins d'une heure pour chercher des livres dans les rayons et faire une séance de pause. Le plus difficile est de  trouver le bon angle de vue ! A poursuivre pour créer une galerie d'idées de lecture...

 

 

Portraits livresques
Portraits livresques
Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 19:50

Les élèves du Club Paroles ont été invités à parler de l’architecture du collège au cours d'un atelier philo AGSAS-Lévine

 

Cet échange prend environ une demi-heure (consignes, 10 minutes d'atelier et 2e temps).

 

Il peut être suivi de la réalisation d'un sondage, pour lequel les élèves élaboreraient un questionnaire, à destination des usagers du collège (élèves et personnel de l’établissement).  Ce sondage peut  être réalisé en partenariat avec les enseignants de maths pour la partie statistiques.

 

Cette réflexion peut être une introduction à un travail plus large autour de l'architecture du collège :

 

Architecture et Utopie

Le beau collège et le collège laid


                                                                                                                 © photo Mme Bernos

 

 

§               Je trouve qu’il y a des points forts et faibles, positifs et négatifs. Dans les salles de techno, les murs ne sont pas droits et les carreaux sont coupés de travers. Ce n’est pas très joli. En 6e, on nous a expliqué que le collège est fait avec des matériaux écologiques et ça c’est bien.


§               Un des points mauvais du collège, c’est que dans les salles de techno, il y a tout un renfoncement avec des tables et des chaises, mais on ne voit pas le tableau ! L’architecte a été médiocre sur ce point.


§               La salle de techno, je ne sais pas pourquoi, les tables sont trop espacées.


§               Je pense que le collège est assez bien fait sur les normes écologiques. Au début, on se demande comment on va s’y retrouver, mais en fait si. Dans les salles de techno, ce n’est pas à l’avantage du prof. Ce n’est pas évident pour travailler.


§               Les tables en salle de techno, il y a un truc qui dépasse et on se le prend dans le ventre.


§               Je trouve que c’est un collège très moderne, car il a été construit il n’y a pas longtemps. J’aime bien l’architecture, c’est très original. Les salles de techno, je suis d’accord avec A.


§               Un truc que je trouve bizarre, c’est qu’au CDI et au réfectoire, le toit part en triangle et après c’est plat. Je ne vois pas à quoi ça sert, cet espace vide. Ça m’intrigue.


§               Les toilettes des garçons, je ne sais pas si vous avez remarqué, c’est un des endroits les plus sales du collège. Les mus sont penchés, il y a des dessins partout. Tout est cassé dedans, rien ne marche. De l’eau coule, on ne sait pas d’où ça vient.


§               Ce n’est pas l’architecte qui a pensé ça comme ça, ce n’est pas voulu. Ce sont les élèves qui ont détruit.


§               Une des choses les plus stupides, dans le collège, dans les salles de techno, il y a les remontées d’égout dans les lavabos. On sent l’odeur.


§               Ce collège est bien fait, mais moi aussi, le toit dans le réfectoire, je ne comprends pas pourquoi.


§               Je trouve que l’espace vide en haut, ça donne un sentiment de liberté. Je sens une différence entre être assis là (sous l’espace vide) ou là (espace plat au CDI). J’aime bien cette sensation de me sentir tout petit dans ce grand espace. Sinon, les toilettes, je trouve qu’elles sont sales et les gens ne respectent pas les règles.


§               Je réponds à ta question : le toit, je crois que c’est quand les profs reçoivent leur salaire, ils font péter le champagne et c’est pour être sûr que ça ne touche pas le plafond !


§               Je trouve que dans les toilettes des filles, c’est beaucoup trop serré, parce qu’il y a beaucoup de monde qui attend. C’est trop étroit.

§               Epargne-nous les détails de « quand je fais pipi »…


§               Pour les toilettes des filles, je ne comprends pas pourquoi elles sont toutes petites. Ils ont peur qu’on fasse la fête dedans ?


§               Je suis d’accord pour le toit, c’est très aéré. Peut-être que c’est pour faire une économie d’énergie. On a les fenêtres là en plus.


§               Je ne comprends pas : dans toutes les salles, la moitié de la vitre s’ouvre et l’autre moitié, on ne sait pas pourquoi, ça ne s’ouvre pas, c’est un peu mal fait.


§               Ce que je trouve bien, c’est que je me retrouve toujours à l’arrière gauche, près du radiateur un peu cassé, avec des chewing-gums collés à mi-chemin…. Ce qui est bien dans les toilettes, les gens à la porte ne peuvent pas nous voir à l’intérieur. Mais les surveillants ne peuvent pas nous voir non plus et du coup, certains en profitent pour faire des choses non autorisées.


§               Je ne sais pas à quoi ça sert de faire deux toilettes, mais on trouve des garçons dans nos toilettes, je ne sais pas pourquoi.


§               Les trucs interdits, une fois, je voulais aller aux toilettes, pour aller boire, deux filles me bloquaient l’accès je ne comprenais pas pourquoi. Après, j’ai senti la fumée. C’est un peu gênant, pour moi, de parler des toilettes.


§               Dans les salles de classe, il y a des placards. On ne sait jamais à quoi ça sert, parce qu’il n’y a jamais rien dedans.


§               Les profs qui ont leur salle à eux l’utilisent. Le prof de français laisse les dictionnaires dedans. La prof de latin laisse des livres de latin. Mais un seul placard aurait suffi.


§               Dans les salles de techno, il y a des interrupteurs au plafond. Je ne comprends pas à quoi ça sert.


§               Ce qui est mal fait : dans la cour, il y a un espace vert, mais on n’a jamais le droit d’y aller. Je ne vois pas à quoi ça sert.


§               Les toilettes, chez moi, ce n’est pas la même chose. Il n’y a pas de l’eau partout. Quand je fais pipi à côté, je nettoie !


§               Un point positif : les espaces de murets au-dessus des fenêtres, c’est utile pour ceux qui lavent les vitres. Ils n’ont pas besoin de prendre d’échelle.


§               Pour les toilettes, tu n’as qu'à ne pas imaginer… Les cigarettes, ce n’est pas l’architecte qui fait que l’on fume dedans !


§               Je suis d’accord avec les vitres. Elles ne sont nettoyées que tous les 5 ans, du coup, c’est sale.


§               Dans la cour, à l’entrée du collège, il y a des espèces de grandes croix en métal, où il y en a qui grimpent dessus. Je ne comprends pas à quoi ça sert. Peut-être que l’architecte voulait que ça fasse décoré ? Mais ça ne sert à rien, surtout à ce que les autres fassent des bêtises. On a un espace vert, mais chaque fois qu’on met le pied dedans : « si tu remets le pied dedans tu as deux heures de colle ! »


§               Si tu enlèves les croix en fer, il y a tout qui tombe. Quand on prend le bâton de parole, c’est pour parler de l’architecture.


§               Je pense que ces barreaux de fer sont là pour tout tenir. Imaginez qu’à la place de l’espace vert, vous voyez du béton… ça ferait prison. Les espaces verts ont leur utilité.


§               Laver les vitres, ça a un coût, ça demande des moyens. Les barres en fer, ça doit jouer un rôle de maintenance. Dans les pièces à côté, où il n’y en a pas, il doit y avoir des murs porteurs.


§               Je trouve que la cour est très bien faite, que c’est assez gai, avec les espaces verts à la place du goudron. C’est un bon endroit où être, avec des espaces pour tout le monde, être au soleil, être à l’ombre…


§               Je ne comprends pas pourquoi il y a plusieurs gros trous dans la salle de sport en haut. Les escaliers, les gradins, ce n’est pas trop bien fait.


§               Je sais que ça a un coût, je crois que c’est 123 euros la vitre. Mais ce serait bien qu’il y ait un peu plus d’entretien.


§               Je sais que sans espace vert, ce serait comme une prison. Mais pourquoi on ne nous laisse pas aller dedans ? Et la montée pour handicapés, elle est tellement raide, je ne vois pas comment un handicapé peut monter. Pourquoi l’architecte ne l’a pas faite plus longue et plus plate ?


§               Les espaces verts, dans ce collège, il y a beaucoup de gamins. Si on laissait tout le monde aller dedans, en un trimestre ce serait un espace marron ! Tout le monde piétinerait les herbes et jetterait des trucs.


§               Oui, ou ils grimperaient et casseraient les branches.


§               Je ne vois pas l’utilité de la rambarde en béton pour entrer en EPS.


§               Je pense que c’est pour les gens, qu’ils aient de quoi se rattraper plutôt que de rouler et tomber sur les cailloux. L’intérêt d’une montée pour handicapés, c’est qu’elle soit plate et là, elle est plate, pour que les fauteuils puissent rouler.


§               Si l’espace pour les handicapés était vraiment raide, il pourrait y avoir un élève qui le pousse, sinon, ça serait vraiment dangereux.


§               Pour aller en EPS ? c’est sûr que je ne sais pas comment ils font. Il faudrait renforcer les rampes d’accès pour les handicapés. Mais je n’ai jamais vu de fauteuil roulant dans ce collège. Mais sinon, j’adore ce collège. Il est beau !


§               Je trouve qu’en salle de SVT, pourquoi les tables et les chaises sont aussi loin de la prof ? L’architecte a eu peur que nous voulions manger la prof ? Moi qui ne voit déjà pas beaucoup, s’il n’y a plus de place devant et que je dois aller au fond, je ne vois carrément rien. À quoi ça sert d’avoir autant de distance ?

 


Comment s’est passée la séance ?

 


1.              J‘ai trouvé que c’était bien, intéressant. On a parlé un peu de tout. Même si je n’ai pas pensé à dire que sous le préau, on est quand même un peu serrés.


2.             J’ai bien aimé la séance, mais on a quand même beaucoup parlé des points négatifs. Pas trop des points positifs. Sinon, tout le monde a parlé.


3.             J’ai bien aimé cette séance. C’est la première fois que je parle au deuxième temps. Je suis d’accord avec tout le monde. Je ne regarderai plus jamais les toilettes de la même manière !


4.             Il y a eu un peu des hors sujets, comme les vitres. Ce n’est pas trop les architectes qui viennent les! Sinon, c’était bien d’exprimer ce qu’on pensait du collège.


5.             J’ai bien aimé sauf le passage où C nous faisait part de quand il dépassait la cuvette… Sinon, c’est sûr que les toilettes, c’était moins intéressant pour moi.


6.             Je trouve que tu es une vraie chochotte. Mais! Je dis ça à une petite fille de trois ans, elle me dit « c’est rien ». J’ai trouvé que le thème était assez bien, car tout le monde donnait son avis. C’est vrai qu’il y avait beaucoup de points négatifs. Pour revenir à ce toit, ça me gênera jusqu’en 3e !


7.             Au début, j’osais pas vraiment le dire, mais je vais le: F, quand tu interviens comme ça, c’est saoulant, t’es chochotte. C’est un peu agaçant : tu nous fais perdre cinq minutes pour nous dire la même chose.


8.             Je n’ai pas trop aimé la séance, mais pas du tout. On a fait énormément de hors sujets. ça nous a pris beaucoup de temps. Moi-même, j’en ai fait.


9.             Moi, ça m’a plu, car là, c’était particulier, pour parler comment on vivait dans le collège. Il y avait beaucoup de hors sujets, mais c’était chouette.


10.          Je pensais que c’était plus « comment vous avez trouvé le collège » que « comment vous trouvez l’architecture du collège ».


11.           C’est vrai qu’au début, on n’était pas hors sujet, mais après on s’est décalés un peu plus et on est devenus hors sujet. Mais sinon, c’était bien !


12.          J’ai bien aimé la séance, mais on a fait beaucoup de points négatifs. On n’en a pas beaucoup de positifs. Si tu montrais à quelqu’un notre collège, il ne ferait pas attention à tout ça, car c’est quand même un très beau collège !


13.          Cette fois, ça m’a vraiment, permis de réfléchir. On était en cours d’EPS, il y a eu l’alarme, mais on ne savait pas s’il y avait vraiment le feu. A l’école, on disait qu’on aimerait que l’école brû! Mais ça m’a vraiment permis de réfléchir, si vraiment j’avais envie d’aller dans un autre collège, même moins beau. J’étais coincé entre une pensée qui me suit depuis le CE2 ou aller dans un collège moins beau… Mais je préfère rester ici que d’aller quelque part d’autre !


14.          Mine de rien, il a quand même de la gueule le collège ! On a quand même de la chance.

 

 

 

 

Pour le plaisir... quelques lectures

 


 

Boisrobert, Anouck et Rigaud, Louis. Pop-ville. Hélium, 2009

 

Ducos, Max. Jeu de piste à Volubilis. Sarbacane, 2006

 

Herem, Thibaud. Dessine-toi une maison. Nathan, 2014

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 20:12

 

 

A l'occasion de l'exposition " Oh pop-up Hourra ! " à l’Alcazar (Marseille) le 25 octobre, j'ai eu la chance de participer à l'atelier animé par David Carter.


Voici quelques tuyaux de base du grand maître du pop-up...

De quoi créer avec les élèves d'un club !


 

Pour plus d'information, on peut consulter :

 

- son livre

David A. Carter, James Diaz. Pop-up, art et technique. Milan, 2009

 

- son site

Pop-up Books : http://www.popupbooks.com

 

- la bibliographie sur le pop-up.


 



 

Au départ, on peut plier sa feuille


-> dans le sens de la hauteur (feuille en position portrait) :

« hamburger Style »


-> dans la largeur (feuille en position paysage) :

"hot-dog style"

 


 

_1180909.jpg

Cliquer sur l'image pour la voir en grand


 

 

Essai n° 1 : la carte


1) Plier dans le style hamburger, pli vers le bas.

 

2) Couper 2 fentes parallèles à mi hauteur.

Plier le morceau central d’avant en arrière plusieurs fois

pour assouplir le pli.

 

3) Ouvrir la feuille.

Pousser les plis dans le vers l’avant pour faire ressortir le morceau.

 

On peut continuer à couper deux fentes, chaque fois qu’il y a un pli,

en variant les formes, droites, zig-zag, courbes…

 

On peut décorer la forme obtenue

en coupant des formes dans une feuille d’une autre couleur

et en les collant par dessus la feuille découpée.


On peut coller plusieurs feuilles entre elles,

pour faire un livre, un accordéon, une boule de Noël en redécoupant en rond...


Penser à coller à plat (par exemple une spirale)

pour que le papier trouve sa position naturelle

et puisse facilement se plier et se déplier quand on ouvre et ferme la feuille en deux.

 

 

Au-fil-de-l-au-9767.jpg

 

 

 

 

Essai n°2 : la genouille


1) Plier dans le style hamburger, pli vers le bas.

 

2) Couper une fente au milieu, un peu plus haute que la moitié.

Replier en triangle vers l’extérieur et plier d’avant en arrière

pour assouplir le pli.

 

3) Ouvrir la feuille, pousser la fente vers l’avant.

Cela forme une bouche qui s’ouvre !

 

4) Replier dans le style hamburger.

Plier le triangle supérieur.

 

5) Recouper et procéder de la même façon pour former les yeux.

 

On peut ensuite découper des dents,

imaginer une autre forme pop-up qui sort de la bouche.

Et coller le tout sur une feuille pliée pour créer un fond.

 

 

Au-fil-de-l-au-9768.jpg

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 16:58

Du cancre au calligraphe :

 

 

Samir Akchar est né à Damas, en Syrie, en 1958.

 

Portraitprofil2

 

Issu d’une culture dans laquelle on ne pouvait pas tout dire, il s’est habitué très jeune à prendre des notes illisibles, pour y cacher ses pensées…

 

À l’école,  il était incapable d’écrire une seule ligne droite ! Et ses profs le lui reprochaient souvent...


Quand il est arrivé en France, en 1988, il ne parlait pas encore français… Il a découvert cette langue en même temps que la possibilité de s’exprimer en toute liberté.


C’est ainsi que ses mots déformés, ses lignes indisciplinées… il les a apprivoisés pour raconter à sa manière, ce que plus jeune, il n’avait pas pu dire. Ses œuvres sont autant de « phrases-tableaux » aux significations camouflées …

 

Exemples-2797.jpg


Pour découvrir ses oeuvres : http://samir-akchar.blogspot.com


 

 

Jouer avec les formes, les lettres, les mots :

 

Quand il anime un atelier avec des adolescents, il leur propose avant tout de s'amuser et d'oublier les règles scolaires de l'écriture... Le concept fonctionne très bien dans le cadre d'un club, ou avec des classes de SEGPA et ULIS. Pour des élèves qui sont pas forcément à l'aise avec l'écriture, cette approche ludique dédramatise l'acte. L'écriture devient un dessin, un jeu, une activité qui permet à chacun d'expérimenter le plaisir d'écrire.

 

Si je présente rapidement cet atelier ici, c'est que l'on peut s'en inspirer pour proposer des jeux autour des lettres et des mots aux élèves, qui réagissent avec enthousiasme ! En une heure, on peut déjà obtenir de beaux résultats.

 

 

Les outils du calligraphe


Samir présente aux élèves la manière d'utiliser différents outils, des plus classiques (brosses, pinceaux, plumes) au plus inattendus, comme des cotons-tiges ! Tout est bon pour laisser libre cours à son imagination. Il utilise encre de Chine, peinture,  stylos dorés et argentés, paillettes... tout ce qui permet d'obtenir des effets multiples et inattendus. Les supports aussi sont variés : de simples feuilles de papier A3, ou des papiers avec des textures variées, des papiers recyclés...

 

upi-05.jpg

 

upi-03.jpg

 

 

 

La disposition de l'atelier


Les élèves sont debout autour d'une grande table, sur laquelle on dispose les papiers, des assiettes avec l'encre de Chine... Les outils circulent pour qu'ils puissent tous les tester.


 

samir-04.jpg


 

Les mots tableaux

 

1) Tracer un cadre à l'encre de Chine

visite2.jpg

2) Ecrire son nom dans ce cadre, en jouant sur les couleurs, les formes.

On peut écrire à l'envers, en mélangeant les lettres, en ajoutant des arabesques, des taches de couleurs...

 

visite3.jpg Marco

 upi-01b.jpg

Yanis


 

3) Divers alphabets sont utilisés : les élèves écrivent en français ou dans leur langue d'origine, s'ils la connaissent (arabe, tamoul, chinois...). Plusieurs langues se mélangent sur une même oeuvre !

 

      samir-11.jpg  samir-14.jpg

 

 

4) Les oeuvres sont prêtes à être exposées...

 

expo-calli-02

 

 

Voir la Bibliographie autour de la calligraphie


 


Partager cet article
Repost0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 20:02

Voici un petit exemple d'atelier de paroles, inspiré du © Photolangage, une méthode facilitant le travail de groupe, mise en place par Alain Baptiste. elle est très clairement présentée sur le site http://www.photolangage.com/ et rapidement décrite dans l'article "Remotiver en donnant une nouvelle image de soi".

 

Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de suivre une formation à cette technique et la présentation qui suit n'est qu'une piste de travail, avec les moyens du bord ! Mais elle s'est révélée positive et source de paroles pour les enfants. Aussi pourra-t-elle peut-être inspirer des collègues...

 

 

Quoi ?

   

On demande à l’ado de faire un choix personnel d'une ou plusieurs photographies à partir d’une question posée, pour exprimer verbalement (en commentant la photographie) une position personnelle, une expérience vécue, des images intérieures, un point de vue spécifique. L’ado peut s’exprimer à voix haute, ou de façon anonyme, par écrit. Les écrits sont ensuite lus à haute voix.

 

Comment ?

    

Cet outil peut servir entre autres pour l’accueil des élèves.

   

Les élèves posent leur sac à l’entrée de la salle.

Une cinquantaine de photographies (le double par rapport au nombre de participants)sont disposées sur les tables en cercle.

Le choix des photos : portraits, paysages, animaux, scènes de rues, objets…

On peut les sélectionner en se demandant : « qu’est-ce que cette photo va déclancher ? »

 

Ce qu’il faut préciser :

- la question posée,

- l'objectif de la séance,

- les temps prévus pour chaque étape,

- le nombre de photographies à choisir,

- le mode de déroulement des échanges,

- le fait qu'il n'y ait pas de bonne photographie ou de bonne interprétation par rapport à la question posée,

- le rôle de l’enseignant n'est pas d'interpréter les choix et paroles des élèves, mais de faciliter les échanges.

 


EXEMPLE


« La photographie que vous choisissez doit vous permettre de dire… ce que vous a apporté cette année scolaire » Il faut donc choisir une ou 2-3 photographies sur lesquelles on pourra s’appuyer pour répondre à la question.

 

Les élèves tournent dans le même sens autour des photographies, sans se parler, sans toucher les images ; C’est un temps d’introspection.


Les élèves se mettent sur le côté quand ils ont repéré leurs photographies.

Ils ne sont pas obligés de choisir.


Plusieurs peuvent choisir la même photo et ils se la passeront ensuite (et la commenteront successivement).

Les élèves présentent un à un leur photographie et ce qu’ils souhaitent en dire.


L’enseignant note les réponses, pour pouvoir les restituer ensuite. On peut ensuite présenter les réponses à côté des images.

 



Lors de la dernière séance avec les élèves de mon Club "Paroles", fin juin, je leur ai ainsi demandé ce que cette année leur avait apporté (en positif comme en négatif). Les élèves ont choisi une ou deux photos (parfois plus), parmi des  photographies personnelles, le "kit officiel" n'étant apparemment plus disponible. Ils ont écrit ce qu'ils souhaitaient  en dire, puis ont montré leur image et pris la parole devant le groupe... Parler de soi à travers un support visuel est moins impressionnant, permet une mise à distance.  Les plus jeunes  (6e) ont finalement beaucoup évoqué la rentrée, qui les a impressionnés et pris conscience du chemin parcouru : ils se sentent plus à l'aise en cette fin d'année. Les plus grands (5e) ont été plus virulents en dénonçant les difficultés rencontrées, mais aussi plus locaces à propos de ce qu'ils ont appris, que ce soit scolaire ou personnel.

 

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4053/4443225713_76c259589f_m.jpg

 

Cette photo m'inspire, car ça me rappelle le premier jour, quand j'étais devant le collège. Maintenant, ça a changé au collège. J'ai eu de nouvelles amies. (fille, 6e)


 

http://farm5.static.flickr.com/4017/4443220433_1d7d9ed24f_m.jpg

 

Pour moi, le temps est passé très très vite. Mais je me sens mieux. J'ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas avant. (fille, 6e)


 

http://farm5.static.flickr.com/4047/4444005400_e13f6c2393_m.jpg

 

Moi, pendant l'année, j'étais perdue dans le collège. Je partais en SVT à la place d'histoire. Maintenant, c'est plus pratique, avec mes amies devant, c'est plus rassurant. (fille, 6e)

 

http://farm5.static.flickr.com/4071/4443234047_242e781407_m.jpg

Au début de l'année, on était troublé, on se sentait tout petit comme ce bateau qui ne peut voguer, comme laissé de côté. Cette photo me fait penser au début de l'année, sans beaucoup savoir. Puis je savais, comme ce bateau qui peut maintenant voguer sur l'eau. J'ai rencontré des gens et des amis et j'ai su des choses.

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2776/4443990360_cf612dfa73_m.jpg

 

Je trouve que cette photo m'apporte de la liberté, contrairement à ce que j'ai vécu. C'est  ce que j'aurais voulu. Les oiseaux volent librement dans les airs, mais sont regroupés. C'est la raison pour laquelle ce n'était pas le cas pour moi, car il faut se regrouper et ce n'est pas de la liberté. (garçon, 6e)

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4056/4443221251_c2cd7b909f_m.jpg

 

Cette année, je me suis beaucoup amusée et j'ai rencontré beaucoup de gens. Au début de l'année, j'ai retrouvé des personnes, mas je ne me retrouvais pas vraiment. L'année a été moins longue que l'année d'avant.(fille, 6e)

 

http://farm3.static.flickr.com/2736/4443228723_59cc2bc9ff_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2688/4444007708_532d69bfc1_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2735/4443227885_41d7b4de37_m.jpg

 

Dans ce collège, les gens sont trop bizarres, on se retrouve toujours seuls face à eux. On est enfermé dans la solitude. Ce collège est dangeureux. (fille, 5e)

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2735/4443227885_41d7b4de37_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2692/4443222001_5421f738e6_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2795/4443216201_dee994f05a_m.jpg

http://farm5.static.flickr.com/4052/4443997416_cb761dcfdc_m.jpg

Les gens sont bizarres, on se sent seul dans un monde dangereux, tout simplemet. Sinon, j'ai appris beaucoup de choses en musique. J'ai visité Paris, c'était très beau et ça a permis de ne pas penser à l'école. J'ai visité une carrière et ça m'a appris des choses. (fille, 5e)

 

http://farm5.static.flickr.com/4017/4443220433_1d7d9ed24f_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2759/4443226771_719658b4f1_m.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2774/4443996460_9a5827ee79_m.jpg

http://farm5.static.flickr.com/4026/4443236339_ce58298d10_m.jpg

 

L'année m'a donné le temps pour mes études, du temps pour m'instruire, le temps de voir ou d'apprendre ce que je ne savais pas. Elle m'a permis d'avoir des proches et d'avoir des relations amicales, de pouvoir faire la différence entre aimer et faire semblant d'aimer. Elle m'a donné le temps de me sentir libre, de respirer, d'être un peu seule pour pouvoir m'aérer l'esprit. La dernière photo me fait penser au bonheur d'avoir des soeurs, d'avoir une famille, de s'aimer, de s'entraider, de pouvoir se comprendre. Surtout d'avoir un nouveau bonheur dans la famille. (fille, 5e)

 


 

 


 


 


 


Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:59

 

Aujourd'hui, les élèves du Club Paroles ont participé à un "atelier psycho" : ils ont été invités à se mettre à la place de quelqu’un d’autre... A l'occasion de la Journée Mondiale du livre et du Droit d'auteur, le 23 avril, la réflexion a été en rapport avec la lecture.


 

 



Voilà comment la situation leur a été présentée :


Je repense à une scène à laquelle j'ai assisté. Près de chez moi, il y a une boutique de vêtements, avec des portants à l'extérieur. Une femme d'un certain âge est chargée de les surveiller. Un jour, la mairie avait mis des stands dans la rue, sur le thème de la propreté. La femme a posé une question à un des agents de la mairie et il lui a montré les affiches sur lesquelles se trouvaient toutes les réponses. Elle lui a répondu : "mais je ne sais pas lire !". J'ai été surprise et je me suis demandée : "que peux ressentir quelqu'un qui ne sait pas lire ?"

 


Par écrit, vous aller imaginer ce que peut ressentir

quelqu'un qui ne sait pas lire.

Je lirai vos réponses au groupe

et vous pourrez sortir de l'anonymat ou non, réagir à ce qui a été dit...


http://farm4.static.flickr.com/3314/3319212348_011385207f.jpg

 

 

Voici les réponses :

 

 

- Moi, je serais gêné, car dans notre monde moderne, il y a beaucoup d’affiches et de journaux. Lire nous apporte des informations. Si on ne sait pas lire,, on perd notre indépendance.


- ça fait mal au cœur. On a envie de leur apprendre à lire. On peut croire que c’est la honte.


-Elle ne peut pas lire ses documents. Elle est triste (Audrey)


- Ceux qui ne savent pas lire, ce doit être difficile de se déplacer à pied. Car quand on sort dehors, pour lire des panneaux de bus, etc. (Safae)


- Une personne qui ne sait pas lire peut être triste, car les autres se moquent de la personne. Elle ne peut pas écrire, ne peut pas faire des métiers comme bibliothécaire.


- Une personne qui ne sait pas lire, ça peut être humiliant. La personne pleure, c’est humiliant, surtout quand on est en public (Shahin).


 

 

- Quelqu’un qui ne sait pas lire peut être blessé, parce qu’imaginez qu’on vous insulte sur un bout de papier et que la personne fait passer et vous ne savez pas ce qui peut être écrit. Quand on ne sait pas écrire, ni lire, c’est difficile de choisir un habit, on prend n’importe quoi. Si la personne choisit quelque chose qu’elle ne veut pas parce qu’elle ne sait pas lire, c’est « difficile ». (Irys)


- Une personne qui ne sait pas lire croit ne rien savoir. Cette personne a honte d’elle, cette personne se sent mal.


- Une personne qui ne sait pas lire, c’est pas facile, car elle ne sait pas ce que les gens écrivent, comme les écrivains. Elle ne peut pas avoir un bon métier et c’est dommage. Car on se dit que si on ne sait pas, ça nous conduirait à rien. Elle ne pourrait pas comprendre les dossiers de ses enfants, car si elle a des enfants et qu’ils vont à l’école et que la maîtresse leur donne une fiche à remplir, les parents ne pourront pas la comprendre et la remplir. (Adeline)


- Une personne qui ne sait pas lire, c’est dur parce que : c’est dur de lire ses factures ou travailler quelque part. Alors si on a 12 à 20 ans, c’est très dur, on aurait honte de soi. Je connais une fille qui ne sait pas lire et ils soufflent quand elle dit n’importe quoi et ça vexe aussi, si on ne le sait pas. Pour savoir lire, il fallait écouter les professeurs et si elle ne sait pas lire, elle ne sait pas écrire aussi, car lire, c’est écrire. Si on ne sait pas lire, c’est la vie de la dame qui est dure. Même dans les pays pauvres, il y a des gens qui ne savent pas lire, écrire et pire, ils n’ont pas de chance d’aller à l’école. (Ghizem)


- Lorsqu’on ne sait pas lire, parfois, c’est dur de pouvoir faire tout ce que l’on veut, par exemple : lire un journal, une affiche, des tickets de train. Lorsqu’on est peut-être jeune, on a honte de soi, de ne pas pouvoir s’exprimer devant les gens, on a tendance à se croire rejeté par les autres. On n’est pas forcément accepté par tout le monde et d’autre part, on cherche à qui la faute. Soit c’est celle des parents, soit c’est la nôtre et on se dit pourquoi les gens n’ont pas le sens de voir les choses différemment et pour trouver un emploi, ce ne sera pas facile, car même si tu ne sais pas écrire, lire serait un simple moyen de pouvoir comprendre. Ne pas savoir lire peut être semblable à un aveuglement, voir sans vraiment savoir de quoi il s’agit, soit ne pas voir et au moins comprendre. Ne pas savoir lire n’est pas un truc facile, vu l’évolution actuelle (Linda)

 

Que pensez-vous de ce qui vient d’être lu ?

Vous pouvez sortir de l’anonymat si vous le souhaitez, réagir aux idées…


 

 

 

- Celui qui ne sait pas lire, s’il entend parler d’un livre, il ne peut pas le lire. Les autres ont bien réfléchi, se sont mis à la place d’un citoyen du monde.

 

- Si une personne ne sait pas lire, c’est dur, car normalement, on apprend à lire en grande section – CP. Si quelqu’un ne sait pas lire, c’est dur, car normalement, tout le mode doit savoir lire, mais dans les pays pauvres, certains ne vont pas à l’école et ne savent pas lire et écrire.

 

- J’ai trouvé que c’était bien, mais quand on parle des gens, on ne sait pas qui a parlé. Quand vous lisez quelque chose, il faut être attentif. J’en ai vu qui n’étaient pas très attentifs.

 

- ça se voit, celui qui ne sait pas lire, car les autres se moquent de lui. Alors que lui aussi a des difficultés quelque part, dans d’autres matières.

 

- J’ai bien aimé, car il y en a ici qui ne savent pas lire. Vous avez dit « une dame qui a la boutique ne sait pas lire », car peut-être, elle est âgée, dans la misère et peut-être, elle est née dans les années où tous n’étaient pas égaux, ne pouvaient pas aller à l’école. 

 

 

 



Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 14:19

A l'occasion de la Semaine du Développement durable,

les élèves du club CDI peuvent réfléchir

à tout ce que l'on consomme au cours d'une journée !

 

Numeriser0000.jpg

 

Une idée inspirée de l'artiste Keri Smith

"Everything I've consumed today"

D'autres créations sur son blog : http://www.kerismith.com/blog



Cliquer sur les images, puis sur "Fullscreen"

pour voir les dessins en plein écran.


Désolée, quelques fautes se sont glissées

avec beaucoup d'impertinence dans les dessins... 

 

 

 


 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 19:51
Voici un petit exemple de pochette à photocopier en A3 recto-verso pour les élèves du club "Paroles".

Ils peuvent la personnaliser et y ranger au fur et à mesure le compte-rendu de chaque séance. Voir par exemple celle sur le Bonheur.



Une pochette pour le club Paroles
Une pochette pour le club Paroles
Une pochette pour le club Paroles
Une pochette pour le club Paroles
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 17:20

 

 

ATELIER AVEC DES COLLÉGIENS

ATELIER AVEC DES ADULTES

 

----------------------------------------------------

Atelier Philo animé selon la méthode « Lévine-Agsas »

par Michèle Sillam

au Collège R. Doisneau (Gonesse)

- Mardi 17 novembre 2009 -

 

 

Consignes

 

Les adolescents sont assis en cercle.

L'atelier philo peut se dérouler lors d'un club, ou en fin de n'importe quel cours...

 

 

Avant de commencer l'atelier, Mme Sillam fait six annonces aux élèves :

 

- 1ère annonce :

Vous allez faire de la philosophie. Savez-vous ce que c'est ?

 

Réponses des élèves : Penser, parler sur un thème, de la vie de tous les jours...

 

La philosophie concerne la façon dont les hommes vivent sur Terre et les questions que l'on se pose. Ce sont des questions auxquelles il n'y y a pas une, deux, trois réponses... mais des milliers... et pas une "bonne" réponse. Par exemple sur la mort, les religions. On ne sait pas. Chacun pense comme il pense.

 

 

- 2ème annonce :

Cela va durer 10 minutes. Je vais chronométrer.

 

 

- 3ème annonce :

Moi, je ne vais pas participer, mais vous écouter et noter tout ce que vous dites. Si je n'entends pas, je n'écrirai pas, car je ne vais pas vous interrompre.

 

 

- 4ème annonce :

Vous allez réfléchir à un mot. Pas à une question ou une phrase.

 

 

- 5ème annonce :

Vous allez essayer de réfléchir depuis une place qui n'est pas celle de tous les jours : celle d'un habitant du monde (et non pas en tant que fils, élève, client... je ne parle pas de moi, de ma vie, mais en essayant de me mettre à la place de n'importe qui dans le monde).

 

 

- 6ème annonce :

Vous ne pouvez prendre la parole qu'avec le bâton de parole. Si vous ne l'avez pas en main, vous ne pouvez pas parler. Quand vous souhaitez parler, vous faites simplement un signe et vous vous le passez. Personne n'est obligé de parler. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais la réponse de chacun.

 

Etes-vous capable de respecter ça ?

Maintenant, on va pouvoir commencer.

Dans la première minute, je vais garder le bâton de parole et vous allez commencer à réfléchir.

Le mot sur lequel vous allez réfléchir aujourd'hui, c'est le "bonheur".

 

Une minute plus tard...

Qui veut commencer ?

 

L’enseignant sort du cercle formé par les adolescents et note ce qu’ils disent.

 

 

 

 1er TEMPS : 10 min

Réflexions des élèves

 

 

1. C’est un sentiment.

 

2. C’est quand quelqu’un accomplit quelque chose, quand il crée une famille. Le bonheur se trouve dans son cœur.

 

3. C’est le contraire du malheur. C’est ce que l’on admire le plus dans notre pays.

 

4. C’est être heureux.

 

5. C’est quand on est bien entouré.

 

6. Je pense à un proverbe : « l’argent ne fait pas le bonheur ». ça veut dire que si on est  riche, peut-être que l’on n’a pas beaucoup d’amis, ce n’est pas le bonheur. Mieux vaut avoir des amis qu’être riche.

 

7. Le bonheur c’est l’amitié.

 

8. On peut avoir du bonheur avec ses amis ou avec sa famille.

 

9. Être riche ce n’est pas forcément le bonheur, on peut être pauvre et heureux.

 

10.  On peut avoir le bonheur de manger quelque chose qu’on n’a pas mangé depuis longtemps. Ça peut être par rapport à la vie de tous les jours

 

11. C’est quand on est content.

 

12.  C’est ce qu’il y a de plus important dans la vie.

 

13.  C’est un sentiment. Il y a plusieurs sentiments. Le bonheur, c’est celui qui nous touche le plus.

 

14.  Je ne trouve pas que c’est le sentiment qui nous touche le plus.

 

15.  C’est quand on peut confier des choses à notre ami, comme les bonnes notes.

 

16.  C’est quelque chose de bien.

 

17.  Des fois, quand on est heureux, on est ému et on pleure.

 

18.  Créer une famille, c’est le bonheur, avoir un enfant. Ça veut dire qu’on est allé loin dans notre vie.

 

19.  L’amour a un rapport avec le bonheur. Quand on est amoureux, on est heureux. Quand on se marie, on souhaite « soyez heureux jusqu’à ce que la mort vous sépare ».

 

20. C’est quand on sourit presque tous les jours, quand on est content, quand on rentre à la fac.

 

21.  C’est une chance.

 

22. Tout le monde est heureux, mais certains plus que d’autres.

 

23. Le bonheur, c’est pour tout le monde, mais on ne sait pas toujours l’utiliser.

 

24. Je suis d’accord avec ce que dit Sonia, c’est pour tout le monde mais on ne sait pas l’utiliser.

 

25. La chance, ça peut tourner, mais chaque jour on a un petit peu de bonheur ou quelque chose qui rend malheureux. La chance ce n’est pas la même chose.

 

26. Au loto, on peut avoir la chance de gagner, mais l’argent va finir, on ne sait pas ce qui va se passer après.

 

27. On peut avoir du bonheur quand quelque chose s’est passé qui nous a fait plaisir. Ce sont des bonheurs passagers. Certains enfants ne connaissent pas le bonheur d’aller à l’école. C’est une chose simple, il faut savoir en profiter.

 

28. Je suis d’accord, il faut savoir en profiter.

 

29. Le bonheur, c’est la joie de vivre.

 

30. Des fois, on n’est pas heureux au fond de nous, par exemple quand on vient de perdre son père.

 

31.  Le bonheur de se marier.

 

32. Je suis d’accord, quand on perd quelqu’un de cher, on est malheureux, mais il faut voir le bon côté des choses, on a la vie et on aura d’autres chances d’avoir du bonheur.

 

33. C’est vrai, quand on perd un être cher, on est triste, on essaie de montrer la joie qu’on a, mais c’est noir.

 

34. Il faut profiter du bonheur.

35. Tout le monde a dans une partie de son cœur du bonheur. Tout le monde devrait avoir du bonheur.

 

36. Le bonheur de se marier et d’avoir des enfants.

 

37. Tout le monde ne doit pas avoir du bonheur, car il faut le mériter. Quelques-uns ne le méritent pas et tout le monde n’a pas le bonheur.

 

38. Avoir des enfants, ça peut être le bonheur des parents, mais pas pour ceux qui étaient là avant (les grands frères).

 

39. Ce n’est pas toujours facile.

 

40. Le mariage peut être arrangé, donc ce n’est pas le bonheur.

 

41.  Oui, le mariage peut être forcé, ce n’est pas un plaisir.

 

L'enseignant note toutes les réponses des élèves et les retape. Lors de la prochaine séance, il les distribue pour que le groupe puisse garder une trace des échanges. Les phrases sont affichées dans la classe, pour ceux qui souhaitent les relire.

 

L'enseignant précise : "Si vous ne retrouvez pas ce que vous avez dit, c'est probablement  que je n’ai pas entendu..."

 

2ème TEMPS

Comment ça s’est passé pour les adolescents

 

L'enseignant demande : "Essayez de me dire ce qui s'est passé dans votre tête. Comment les idées sont-elles venues ? Comment avez-vous vécu l'atelier ?"

Les doigts se lèvent et l'enseignant peut attribuer des numéros de parole. Les adolescents sont rassurés : ils savent que leur temps de parole viendra.

 

 

ATELIER PHILO SUR LE BONHEUR

Réunion des professeurs documentalistes du Bassin de Brignoles, 83

Mardi 1er Juin 2021

--------------------------------­

 

Présentation des ateliers de philosophie AGSAS ® par Mathilde Bernos
Voir le diaporama sur http://lebateaulivre.over-blog.fr/article-36002401.html

(accès tout en bas de l’article, avec mot de passe)

 

Quelques ressources

Sur le Blog du Bateau Livre

Sur mon portail ESIDOC

 

Voici les échanges entre collègues, pour expérimenter l’atelier.

 

 

Les 7 annonces

 

  1. On va faire de la philosophie.  Qu’est-ce que la philosophie pour vous ?

 

  • « Une réflexion.
  • Penser le monde.
  • Se poser des questions.
  • C’est une réflexion sur un sujet que nous n’aurions pas eu initialement.
  • Réfléchir autrement sur soi et le monde.
  • Réfléchir sur le sens de la vie.
  • S’interroger sur la société. »

 

  1. C'est  un atelier de réflexion et non de parole.
  2. Vous allez réfléchir depuis la place d’un habitant du monde.
  3. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse.
  4. Je ne vais pas intervenir, sauf pour garantir le respect du cadre.
  5. Cela va durer deux fois 10 minutes.
  6. On va échanger à partir d'un mot, après avoir pris une minute de réflexion avant de parler.

 

 

 

Le bonheur

 

  • C’est une source de satisfaction, cela permet de relativiser les soucis. Il y a plein de moments, au cours d’une journée, qui peut nous en apporter.
  • Le bonheur, c’est partager des moments en famille ou entre amis.
  • Cela n’a pas la même signification selon les personnes, les civilisations, les époques. J’ai des difficultés à définir le bonheur.
  • C’est être présent. Je viens de lire un livre sur le bonheur. Des fois, on lui court après et on se rend compte qu’il est là !
  • Ce sont des petites choses, des émotions.
  • La vraie question est : est-ce que le bonheur se trouve en nous ? Ou à des causes extérieures ? grâce aux autres, aux évènements ? A-t-on tous la même aptitude au bonheur ?
  • Pour moi, le bonheur, c’est sortir avec le lever du soleil, sentir les odeurs du matin, être bien chez soi…
  • Je me suis toujours demandé si le bonheur était vraiment accessible… Est-ce de petites choses ou une grande chose qu’on n’arrive pas à percevoir ?
  • Le bonheur, c’est une proposition de formation sur Parcours Sup !
  • Il y a de petits bonheurs et de grandes joies.
  • Ce sont des instants fugaces.
  • C’est apprécier ces petits moments et s’y accrocher.
  • Le bonheur change selon l’âge, le jour… C’est un peu indéterminé.
  • Le fait d’écouter les collègues, je vois que ce n’est pas la même chose pour tout le monde. C’est variable. Pas toujours la même chose d’un moment à l’autre et suivant l’âge. J’ai retenu cette réflexion qui m’a bien plue.
  • J’aime bien parce qu’on vit presque tous le petit bonheur. Cela peut être de la simplicité, comme le soleil, être chez soi… On s’interroge tous sur ce  qu’il est vraiment.
  • Je pense que la période qu’on a traversée nous a incité à nous recentrer sur l’essentiel. On s’est beaucoup recentré sur nous, la famille, le quotidien. Les grands horizons, c’est pour plus tard je pense !
  • C’est quelque chose de fugace, un état d’esprit.
  • C’est les amis, une bonne table, le partage
  • Pour moi, c’est un état de grâce, une façon de voir le monde, de le percevoir. En fait, l’essentiel c’est de se recentrer sur soi, ceux qu’on aime. Je crois que le bonheur c’est l’amour, pour sa famille, ses enfants, ses amis…
  • Le bonheur, je ne peux pas en parler aujourd’hui, car on ne le vit pas.
  • Pour moi, c’est voyager, mais chacun à sa hauteur : voir ses proches, lire, voir les autres cultures…
  • Pour moi, c’est voir les autres heureux.

 

2e temps : Comment cela s’est passé pour vous ?

 

  • En visio, ce n’est pas évident d’entrer dans l’atelier. Mais j’étais plus à l’aise en distanciel qu’en présentiel. Ça a permis de dédramatiser la pression de répondre et réfléchir vite.
  • Je te rejoins sur le fait que le distanciel n’est pas idéal. Pour avoir fait des ateliers philo avec des élèves, c’est un moment un peu suspendu et que j’aime beaucoup. Ça permet de faire autre chose et d’apprendre des choses, d’avoir la vision de chacun.
  • J’ai beaucoup aimé. J’aurais préféré que ce ne soit pas en distanciel. Mais j’ai aimé ce principe : ça montre qu’on ne pense pas tous pareil.
  • Ça me va que ce soit en distanciel ! Je ne sais pas si je le ferais en présentiel… Je me tairais plus et j’écouterais les autres. C’est marrant parce qu’on vient de m’offrir un livre sur le bonheur. Peut-être que c’est changeant, par rapport au moment. Des fois, on ne se rend pas compte qu’il est là.
  • La distance permet de libérer sa parole. C’était intéressant d’apprendre de tout le monde.
  • Chacun chez soi, le partage n’est pas évident.
  • J’adore ce genre de compte. C’était plus facile sans l’image ! J’ai fait beaucoup d’ateliers philo AGSAS-Lévine avec les élèves, en primaire et en allège. Il y a beaucoup d’intérêt de tous les enfants. Il faut que la séance dure un certain temps, parce qu’il y a ceux qui sont timides. Ils ont du plaisir, même s’ils n’ont pas parlé. Ces élèves qui ne s’expriment pas, leur pensée continue d’évoluer malgré tout.
  • J’ai préféré que ce soit en distanciel. Je suis touchée par la tristesse des réponses de certains collègues.
  • On aurait mieux échangé en se voyant pour de vrai. C’est ça le bonheur : pouvoir aussi se voir !
  • Le distanciel, c’est pénible, je ne peux pas m’exprimer (problème technique de micro). J’ai du mal à exprimer des choses plus profondes, je préfère rester dans la rigolade.
  • Pour des enfants, c’est pas mal, mais plutôt au niveau collège. Ou alors pour lancer une conversation plus approfondie. (pour du lycée, peut-être un peu trop superficiel ?)
  • Je suis en train de lire « Les antisèches du bonheur » de Lehmann. Pour apprécier chaque moment.
  • Je vois un intérêt pour un dispositif de facilitation de la prise de parole en groupe. Cependant, rester en retrait et à l’écoute plutôt que de participer au cercle de paroles…

 

Si je n’ai pas tout noté, c’est que je n’ai pas entendu certaines paroles.

Partager cet article
Repost0