Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée)
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 21:17

PITTAU et GERVAIS

Succulentes Sucreries

Gallimard Jeunesse Giboulées, 2013, 72 p.

ISBN : 978-2-07-065690-5

19,5 euros

 

 

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/a6b/product_9782070656905_244x0.jpg

 

Genre : album

Thème : nourriture

Niveau : de 3 à 8 ans d'après l'éditeur

               et dès 2 ans à adultes selon moi...

 

 

Voici un album entièrement consacré aux gâteaux et aux bonbons... Chaque page propose le portrait d'une sucrerie, présentée sur son petit napperon de papier. D'autant plus impressionnante que le livre est un grand format (33 cm de haut). A la fin, un lexique rassemble toutes ces denrées sucrées pour une rapide présentation (historique et composition). 

 

Avec un tout petit, on peut s'amuser à parler autour de ces belles images sans autre texte que le nom (bien utile, car j'étais loin de tout connaître). J'ai testé cet album auprès d'un enfant de deux ans et demi, qui voulait savoir comment appeler toutes ces sucreries si apétissantes et s'amusait à imaginer à qui il allait pouvoir les donner ("à moi, à doudou, à papa, à mamie..."). Des plus grands auront plaisir à regarder ces sucreries qu'ils adorent et pourront reproduire en dessin. Je repense à des "plateaux poétiques" réalisés pour la cantine par des 6e pendant le printemps des poètes, mélant dessins et poèmes et je n'avais pas de modèles sous la main pour dessiner des gâteaux...

 

 

Des mêmes auteurs :

Promenade au jardin

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 21:00

 

DESPLECHIN, Marie / HOUDART, Emmanuelle

L’argent

Thierry Magnier, 2013, 48 p.

ISBN : 978-2-36474305-2

21,9 euros

 

http://www.editions-thierry-magnier.com/files_etm/couvs/140/9782364743052.jpg

Illustration d’Emmanuelle Houdart

 

Genre : album

Thème : argent / travail / chômage / solidarité / famille

Niveau : Collège et au-delà

 

Le mariage de Virginie, la fille de Sylvia, est l’occasion de réunir les membres de la famille, dont certains membres ne se sont plus vus depuis longtemps. Chaque double page de l’album est l’occasion de présenter un personnage, avec un portrait et un monologue dévoilant son rapport à l’argent : le chef d’entreprise obnubilé par ses revenus, le SDF détaché de tout bien matériel, en passant par d’autres personnages extrêmes ou qui pourraient nous ressembler...

 

Cet album fonctionne sur le même principe que Saltimbanques, réalisé par les mêmes auteures. Contrairement à ce qui se fait habituellement, le texte a été écrit à partir des images. Ce livre pourrait inspirer des activités d’écriture et d’illustration « à la manière de », pour inventer des portraits plastiques et littéraires. Il m’a sans doute moins touchée que le précédent, mais intéressée tout de même, car il aborde un thème original, peu représenté dans la littérature jeunesse. Il pourrait accompagner une réflexion autour de la question de l’argent, en éducation civique ou dans un atelier philo. Marie Desplechin a confié pour France Info : "Je sais que ça intéresse les enfants. Je vais souvent dans des classes et ils demandent combien je gagne, ce qui rapporte de l'argent ou pas... Ils sont décomplexés et ils ont raison. L'argent c'est aussi important pour nous, la liberté a un prix, la création coûte aussi..."

 

BIBLIOGRAPHIE

« Une poignée de riches... des milliards de pauvres ! » De Philippe Godard chez Syros (J'accuse) ;

« Je dépense donc je suis ? » de Benoît Heilbrunn, Nathan.

Ricochet

Cité de l'économie

 

De la même illustratrice, voir aussi

Une amie pour la vie

Monstres malades

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 23:00

 

Animaux

Nathan, 2013, 64 p. (Grands albums)

ISBN : 2-09-254977-3

17,9 euros

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092549773.JPG

 

Genre : album / imagier

Thème : animaux

Niveaux : primaire

 

Cet album présente des centaines d’animaux, regroupés de façon assez originale, non en tenant compte des espèces, mais de leur aspect : couleurs, taille, oreilles, yeux, pattes... Les illustrations proviennent d’un fonds célèbre en Angleterre et fourmillent de détails. Un petit jeu incite l’enfant à les observer.

 

Voilà un album dont la tranche d’âge me semble assez ouverte. Dès deux ans, les enfants s’amuseront à reconnaître et nommer les animaux. Ceux du primaire s’attacheront plus aux détails. Et même des adultes pourront être séduits par la beauté des illustrations et le côté « cabinet de curiosité ».

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 08:37

 

HATKE, Ben

Zita, la fille de l'espace (1er tome d’une trilogie)

Rue de Sèvres, 2013, 190 p.

ISBN : 978-2-36981-009-4

11,5 euros

 http://www.planetebd.com/dynamicImages/album/cover/large/20/66/album-cover-large-20660.jpg

 

Genre : bande dessinée – science-fiction (Space Opera)

Thème : planète – enlèvement – extra-terrestre

Niveau : CE2 - CM1 – CM2 – 6e – 5e

 

 

Zita et son copain Joseph s’amusent dans un coin de campagne, quand ils trouvent un objet étrange au fond d’un cratère. Le petit garçon ne peut s’empêcher de toucher l’objet et il disparaît dans un rayon de lumière. Son amie essaie d’actionner l’objet, qui l’entraîne également dans une dimension parallèle, sur l’inhospitalière planète Sciptorius, peuplée de monstres antipathiques et menacée de destruction par un astéroïde géant. Elle n’a que trois jours pour agir…

 

Une petite bande dessinée de science-fiction sympathique, qui a aussi l’avantage de mettre en scène une héroïne, ce qui n’est pas si fréquent dans ce genre littéraire et devrait toucher un public mixte. Peu de textes, un graphisme sobre et une intrigue assez linéaire, facilement accessible pour de jeunes lecteurs. Intéressant aussi le format « roman graphique », pas si fréquent pour ce public.

 

Pour en savoir plus :

http://zitaspacegirl.com

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 15:03

 

SIMARD, Eric

Le cycle des destins. Aylin et Siam

Syros, 2013, 304 p.

ISBN : 978-2-74-851340-0

15,9 euros


 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/SYR/P3/9782748513400.JPG

Illustration de Thomas Ehretsmann

 

 

Genre : science-fiction

Thème : Paris – catastrophe

Niveau : 5e – 4e

 

 

En 2132, Paris est sous les eaux, suite à la fonte des Pôles, accélérée par la chute d’une météorite. Seuls quelques monuments et collines émergent de la mer et abritent des rescapés qui luttent pour survivre. Aylin habite le mont Valérien, régi par des règles strictes. En dépit des interdits, elle est fascinée par les enfants de Dyoun, des garçons aux mains palmées qui vivent sur la tour des Elfes (ancienne tour Eiffel)… Elle va devoir les approcher de bien plus près qu'elle n'aurait cru...

 

Un premier tome prometteur, qu’il est difficile de lâcher quand on l’a commencé. L’auteur a réussi à camper un univers complexe, d’autant plus intrigant qu’on y reconnaît des éléments de notre capitale. On aimerait en savoir un peu plus sur les personnages. Chaque volume du cycle peut se lire indépendamment. Mais une fois accroché, on attend la suite !

 

Le site de l’auteur : http://www.ericsimard.net

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 13:33

 

GIRAUD, Hervé

Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon

Thierry Magnier, 2013, 144 p.

ISBN 978-2-36474-329-8

9 euros

 http://www.editions-thierry-magnier.com/files_etm/couvs/140/9782364743298.jpg

 

 

 

Genre : historique / roman chorale

Thème : Première guerre mondiale

Niveau : 5e – 4e – 3e

 

Le jeune Botillon se retrouve mobilisé en 1914. La vacuité de l’attente entre les combats laisse la place aux pensées du narrateur : comment faire face à l’indicible horreur ? Il raconte la vie dans les tranchées et l’incompréhension. Par une lettre de sa fiancée, il apprend aussi qu’il va être papa. Son récit alterne avec celui de son arrière petit-fils, qui joue à la guerre avec sa sœur, pendant une réunion de famille en l’honneur des cent ans de grand-mamie, la fille de ce soldat disparu.

 

Cent ans après la Première Guerre Mondiale, voilà un roman beau et touchant sur cette époque et les poilus, les gueules cassées, les vies brisées… Il permettra aux adolescents de (re)découvrir cette période de l’histoire, et de réfléchir à l’absurdité des guerres. Certains passages sont entrés pour moi en résonance avec les réflexions du très bel album L’Ennemi de Davide Cali et Serge Bloch, comme celui où il se retrouve au corps à corps avec un soldat allemand : « Au moment précis où je pose le pied sur le corps étendu et livide de ce soldat pour retirer ma lame qui l’a tué, je sais que je suis devenu un monstre. » L’intérêt réside aussi dans la description de l’après-guerre et des conséquences pour toute une famille.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 23:00

PIENKOWSKI, Jan

La maison hantée

Nathan, 2013, 14 p.

ISBN : 978-2-09-254786-1

24,9 euros


 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092547861.JPG

 

 

 

Genre : album - pop-up - fantastique

Thème : monstre - fantôme...

Niveau : grandes sections de maternelle - primaire

 

 

 

Un médecin entre dans une maison. Son patient lui explique ce qui ne va pas : il a froid, a perdu l'appétit, souffre d'insomnie... Etrange...


 

A chaque page, le lecteur découvre une nouvelle pièce de la maison. Les animations foisonnantes en pop-up incitent à "entrer" dans le livre et se laisser surprendre : on découvre ainsi un fantôme derrière la porte, une pieuvre dans l'évier, un squelette dans le placard...

 

Les éditions Nathan ont décidé de rééditer, selon leur expression, "le plus célèbre pop-up du 20e siècle" créé par Jan Pienkowski en 1979. Je suis très fan des pop-up, mais plus sensible aux créations actuelles, comme celles de David Carter ou de Philippe UG. Mais cet ouvrage plaira certainement aux jeunes lecteurs qui aiment se faire peur ! Même les collégiens prennent encore beaucoup de plaisir à feuilleter ce genre d'ouvrages...

 

Nathan publie d'autres pop-up pour les plus jeunes, comme ceux de la collection "Au secours !" avec le dernier en date Au secours ! Un ogre glouton.


 

Voir la bibliographie sur le Pop-Up :

http://lebateaulivre.over-blog.fr/article-bibliographie-autour-du-pop-up-111778312.html

 


 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 23:00

DICKS, Matthew

Je m'appelle Budo

Flammarion, 2013, 456 p. (grand Format)

ISBN : 978-2-0812-8899-7

15 euros


 

http://editions.flammarion.com/docs/Albums/45087/9782081288997.jpg


 

Thème : ami imaginaire - enlèvement - autisme

Niveau : 5e - 4e... lycée

 

 

Budo est l'ami imaginaire de Max depuis 5 ans. On devine que ce petit garçon a le syndrome d'Asperger, sans que cela soit jamais dit de façon explicite. Budo sait qu'en raison de cette particularité, il accompagnera Max plus longtemps que les autres amis imaginaires, mais il a très peur de ce qui se passera le jour où Max ne croira plus en lui, sujet qui déclanche des discussions philosophiques entre amis imaginaires : "Rien n'est  pire que rien. Mais si c'est rien, je ne le saurai jamais, puisque je ne serai rien." Quand Max se fait enlever par Mme Patterson, son auxiliaire de vie, il demande l'aide d'autres amis imaginaires pour libérer l'enfant...

 

 

Un roman original, puisque le narrateur est Budo. Ce choix est judicieux, car la naïveté et la jeunesse du personnage permettent d'entrer dans l'univers et le mode de pensée de Max. L'auteur a imaginé la vie des amis imaginaires : comment ils naissent, à quoi ils ressemblent, leurs pensées... C'est un récit à la fois touchant et aussi prenant qu'un roman policier... On veut savoir comment Budo va réussir à s'y prendre pour aider son ami, alors qu'il n'a pas de prise sur le monde réel.

 

Il n'est pas évident de définir une tranche d'âge. La présence d'amis imaginaires semble faire référence au monde des jeunes lecteurs, mais le texte est long et suffisamment complexe pour s'adresser aussi aux "jeunes adultes"...

 

 

Autour de ce thème de l'autisme, voir d'autres romans avec des narrations particulières :

 

Le bizarre incident du chien pendant la nuit

Mon étrange petite soeur et les prisonniers d'Alcatraz

L'étonnante disparition de mon cousin Sélim

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 16:43

HEILBRUNN, Benoît

Je consomme donc je suis ?

Nathan, 2013, 93 p. (Décodage)

ISBN : 978-2-09-254578-2

16,9 euros

 

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092545782.JPG

 

Genre : documentaire

Thème : consommation - commerce - publicité - marque

Niveau : collège et au-delà

 

 

 

D'où vient notre société de consommation ? Quelle est l'histoire des marques qui ont envahi notre quotidien ? Pourquoi aimons-nous consommer ? Comment la pub et les marques nous manipulent ? Peut-on consommer intelligemment ?

 

 

Un ouvrage qui permet de réfléchir à notre société de consommation. Il apporte à la fois des informations précises sur l'histoire des marques, des magasins, de la publicité, des logos... mais permet aussi de susciter le débat sur la consommation responsable : commerce équitable, éco-emballages... Il peut être intéressant dans le cadre de recherches dans différentes matières : éducation civique, technologie, SVT, ou même par rapport à un thème d'atelier philo. La mise en page est aérée et accessible comme dans un magazine (encarts, textes surlignés...), mais le texte n'est pas pour autant simpliste. Un bon documentaire sur ce thème actuel.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 06:57

OUERGHI, Rida

Le pilates pour les petits

Gallimard, 2013, 32 p.

ISBN : 978-2

9,9 euros

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/c71/product_9782070654710_244x0.jpg

Illustration d'Elsa Fouquier


 

Genre : album

Thème : sport

Niveau : à partir de 2 ans

 

 

Ce petit livre propose 12 exercices de pilates simples à réaliser pour les petits. Une simple phrase invite à imiter un animal (hérisson, cygne, tortue, grenouille...) ou s'imaginer dans une situation amusante (sur une barque, sur un vélo...).

 

Il suffit de montrer à l'enfant les images et de les mimer soi-même les premières fois, pour qu'il essaie de reproduire spontanément les positions. Les images servent ainsi de support à une petite séance de gym, où l'on peut varier l'ordre et le nombre d'exercices. C'est un livre qui donne envie de bouger !

 

Dans la même collection, le Yoga des petits est tout aussi sympathique et efficace.

Partager cet article
Repost0