Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée)
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 21:22

 

MAZZA, Viviana

L’histoire de Malala : celle qui a dit non aux talibans

Gallimard, 2014, 203 p.

ISBN : 978-2-065912-8

10,9 euros

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/groupe_gallimard/storage/images/livres-pour-enfants-gallimard-jeunesse/actualites/a-la-une/l-histoire-de-malala/4371429-1-fre-FR/L-histoire-de-Malala_large.jpg

photo de Christopher Thomond / The Guardian / Sipa

 

Genre : histoire vraie

Thème : droits des femmes – droit à l’éducation – Pakistan

Niveau : 4e – 3e – 2de

 

 

Voici l’histoire vraie de Malala Yousafzai, une jeune pakistanaise qui a bravé la mort pour défendre le droit des femmes, notamment le droit à l’éducation. Le récit commence avec l’épisode tristement célèbre : des talibans tirent une balle dans la tête de la jeune fille, alors qu’elle se rend à l’école. Un retour trois ans en  arrière permet de comprendre la montée de l’extrémisme : la population est terrorisée, les femmes enfermées chez elles, les écoles fermées…

 

Voici un roman à avoir dans le cadre d’un travail sur les droits des femmes. Facile à lire et touchant, d’autant plus qu’il raconte une histoire très récente. Malala est devenue le symbole de la résistance aux talibans et a même été citée pour le prix Nobel de la paix en 2013.

 

Voir la bibliographie sur les femmes

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 20:57

DUHEME, Jacqueline

Une vie en crobards

Gallimard, 2014, 190 p.

ISBN : 978-2-07-064920-4

19,9 euros

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/3bc/product_9782070649204_244x0.jpg

 

Genre : autobiographie

Thème : vie – artiste

Niveau : 3e – lycée - adultes

 


« Ce sont des sortes de croquis et de bobards » disait Raymond Queneau de ses dessins…

 

Après une enfance difficile, puisqu’elle n’a pas connu son père et que sa mère l’a successivement placée dans des couvents en Grèce ou à Paris. Devenue jeune fille, elle a côtoyé les plus grands artistes et intellectuels du 20e siècle : Matisse, qui fut son maître, Picasso, Paul Eluard, Blaise Cendrars, Jacques Prévert… Jacqueline Duhême raconte sa vie, truffée d’anecdotes incroyables…

 

Voilà un très bel ouvrage, entre roman graphique et journal intime. Les pages semblent les fac-similés d’un carnet en papier craft, mêlant texte manuscrit et dessins. Le feuilleter est déjà un plaisir en soi ! Le texte est écrit au présent, avec des phrases brèves, directes, parfois sans verbes, comme des notes personnelles. Il me semble intéressant dès la 3e, dans le cadre de l’étude de l’autobiographie, mais sera sans doute un difficile en lecture cursive pour des collégiens, non seulement à cause de l’écriture manuscrite, mais surtout parce que chaque page est truffée de références au contexte culturel de l’époque. Mais il serait sûrement intéressant d’en étudier des passages. Pour des lecteurs plus âgés, c’est passionnant. J’aime particulièrement cette période et j’ai lu ce livre d’une traite, retrouvant avec plaisir des peintres ou poètes qui me tiennent à coeur. C’est un témoignage extraordinaire !

Partager cet article
Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 22:37

 

HINCKEL, Florence

Chat va faire mal !

Nathan, 2014,

ISBN : 978-2-09-255197-4

5 euros

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092551974.JPG

© Illustration de Joëlle Passeron

 

 

Genre : animalier

Thème : chat / Internet

Niveau : à partir du CM1 – 5e

 

Le chat Pitre entend ses maîtres parler des prochaines vacances. Apparemment, ils ont prévu de les passer sans lui ! Mais que faire du matou pendant qu’ils seront absents ? La voisine est d’accord pour le garder. Mais alors qu’il passe deux jours d’acclimatation chez elle, il va vivre un véritable enfer : elle lui tend divers pièges qu’elle filme avec satisfaction. Il revient traumatisé et la famille décide finalement de l’emmener. Mais comment se fait-il que tout le monde, sur la route, semble le reconnaître et rit en le voyant ?

 

Après Le Chat Pitre et le Chat Beauté, voici le troisième volume des aventures du félin. Florence Hinckel y aborde de manière originale la question d’Internet et des réseaux sociaux ! La machiavélique voisine filme le chat et poste ses vidéos sur Youtube, sans se soucier des conséquences pour Pitre… Bien sûr, il ne s’agit que d’un chat, mais la situation peut faire écho à la réalité : en février dernier, un jeune homme a été condamné à un an ferme pour avoir maltraité un chat et posté le film de son forfait. J’imagine que l’auteur a pourtant écrit son histoire bien avant ce fait-divers. En transposant la mésaventure de Pitre à des humains, cela peut être le point de départ d’un échange autour d’Internet et de ce qu’il est judicieux d’y partager ou non.

 

Cela reste avant tout un petit roman léger et sympathique, qui plaira sûrement beaucoup aux jeunes lecteurs. Le héros félin peut rappeler l’hilarant « Chat assassin » d’Anne Fine. Cela m’a donné envie d’imaginer un petit réseau lecture sur les chats, dans lequel on pourrait intégrer les Contes du Chat Perchéde Marcel Aymé ou L’Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepulveda. Le site Ricochet propose une longue liste sur ce thème. 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 22:05

 

LABAN, Elizabeth

Sujet : tragédie

Gallimard, 2014, 320 p. (Grand format, Roman Ado)

ISBN : 978-2-07-065656-1

16,5 euros

 

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/7c6/product_9782070656561_244x0.jpg

© Couverture de Lee Avison, Trevillion Images

 

 

Thème : lycée – amour – secret – initiation - différence

Niveau : 3e – lycée

 

C’est la rentrée. Duncan entre en terminal au lycée et découvre sa chambre, puisqu’il est en Internat. D’abord déçu de tomber sur la pièce la plus petite et la plus sombre, il y découvre cependant le « trésor » laissé à son intention par l’élève qui l’y a précédé, comme le veut la tradition : une pile de Cds sur lesquels Tim a enregistré ses souvenirs de l’année précédente. Il raconte comment il a rencontré la belle Vanessa, comment il s’est d’abord effacé devant son amoureux Patrick, à cause de son manque de confiance en lui, l’albinos habitué à être regardé comme une bête curieuse. Il explique aussi qu'il n’a pas su prendre suffisamment soin de lui, notamment de ses yeux, si sensibles à la lumière. Duncan est troublé, car ce récit fait écho à sa propre histoire d’amour et au thème de la dissertation sur laquelle il doit travailler toute l’année : la tragédie. On apprend aussi très vite que chaque année, un élève quitte tragiquement le lycée et que l’année dernière, un drame a bel et bien eu lieu… Mais lequel ?

 

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, mais j’ai ensuite été aussi captivée que Duncan par l’histoire de Tim. L’alternance de narrateurs ajoute vraiment de l’intérêt au récit, en retardant le dévoilement du secret de Tim et parce que l’histoire de ce dernier influe visiblement sur les choix de Duncan. Le choix d’un narrateur albinos permet d’entrer dans son intimité et de percevoir à quel point il peut être difficile de vivre sa différence.

 

Le dénouement rapide m’a laissée un peu sur ma faim, mais le goût amer qu’il laisse est peut-être voulu. Voilà en tous cas un roman original et intrigant et que l’on garde en tête après avoir tourné la dernière page. À conseiller plutôt pour un CDI de lycée.

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 00:00

SOREL, Guillaume / MAUPASSANT, Guy de

Le Horla

Rue de Sèvres, 2014, 64 p.

ISBN : 978-2-36981-011-7

15 euros

 

http://www.gillesparis.com/livres/le_horla/le_horla_01.j_1

 

 

Genre : bande dessinée – adaptation de texte littéraire – fantastique

Thème : l’autre – angoisse -

Niveau : 4e – 3e – lycée - adultes


 

Le narrateur mène une vie paisible, dans sa grande propriété du bord de Seine, en Normandie. Mais des phénomènes étranges se multiplient. Qui boit l’eau de sa carafe la nuit ? Pourquoi des objets disparaissent-ils ? Comment une main invisible peut-elle cueillir une rose ? Tenté de fuir, il se sent prisonnier de cette demeure et de l’être invisible qui le hante.

 

L’auteur a très bien sûr rendre la plongée progressive du personnage principal dans l’angoisse et la folie. Le récit de Maupassant est mis en valeur par de belles illustrations. Certaines sont directement inspirées des peintres de la fin du 19e siècle, imitant des œuvres célèbres de Toulouse-Lautrec ou évoquant l’univers des impressionnistes (courses de chevaux de Degas, scènes de canotage de Manet ou Renoir…). Ce parti prix est intéressant, sachant que Maupassant s’intéressait à la peinture (il a été critique d’art) et que les motifs de la Seine et de la vie Parisienne sont effectivement communs à la littérature et la peinture de cette époque. Je reste un peu moins convaincue par la représentation du « Horla », que j’aurais préféré ne pas voir. Ce qui n’empêche pas cette adaptation d’être très belle et pertinente à proposer dans un CDI de collège ou lycée.

 

 

A voir sur le site de l'Ecole des Lettres :

- La présentation

- Une interview de l'auteur

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 10:40

 

GANDOLFI, Silvana

Aldabra : la tortue qui aimait Shakespeare

Les grandes personnes, 2014. 192 p.

ISBN : 978-2-36193-248-0

13,50 €

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/data_romans/41/170.jpg

© Illustration de Icinori

 

 

Genre : fantastique

Thèmes : relation grand-parent / enfant - vieillesse – schizophrénie - Venise : Italie

Niveaux : 5e- 4e – 3e

 

Elisa vit à Venise et se rend très souvent chez sa grand-mère Eia, qui ne parle plus depuis longtemps avec sa fille, la mère d’Elisa, sans que cette dernière ne sache pourquoi. Quand cette originale vieille dame, passionnée de théâtre, se transforme peu à peu, sa petite-fille va tout faire pour l’aider…

 

De cette auteure italienne, voilà le troisième roman que j’ai le plaisir de découvrir, après Le Baume du dragon et l’île du temps perdu. Son univers est très particulier, à la fois poétique et fantastique. Elle superpose les niveaux de lecture. On peut se contenter du premier degré, et plonger dans une histoire fantaisiste. Ou tenter de décrypter ses métaphores filées…

 

Ce texte-ci m’évoque la Métamorphose de Kafka et me semble particulièrement intéressant pour le niveau 4e, qui travaille sur le fantastique. Voici un roman vers lequel les adolescents n’iront peut-être pas forcément d’eux-mêmes, mais que j’aurais plaisir à faire découvrir. 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 23:18

 

ATANGANA, Louis

Billie H

Rouergue, 2014, 128 p. (DoAdo)

ISBN : 978-2-8126-0636-6

10 euros

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782812606366.jpg

 

Genre : biographie

Thème : 1920- Etat-Unis – jazz – afro-américain - condition féminine

Niveau : 4e – 3e – lycées

 

La petite Eleanore vit seule avec sa mère à Baltimore. Son père les a laissées depuis déjà bien longtemps, quand il la surnommait Billie, pour son côté « garçon manqué ». Son enfance est chaotique. Très tôt, elle fait l’école buissonnière, pour fuir l’ennui et la maîtresse qui la bat. Elle est violée par un voisin (épisode évoqué sans détour, mais avec toute la pudeur et la justesse possibles pour un thème aussi dur), enfermée en maison de redressement, confiée à sa tante qui la déteste, forcée de se prostituer, emprisonnée… On la suit ainsi jusqu’à son premier succès.


Voilà un roman fort, qui aborde de nombreux thèmes importants : condition des femmes en ce début de siècle et celle des noirs américains (1) : « Le neg’ récalcitrant, il sait qu’une seule chose l’attend : s’balancer au bout d’une corde comme un fruit étrange. » (2) J’étais d’emblée conquise par le sujet (je dévore en ce moment tous les textes sur les femmes et m’intéresse beaucoup au jazz et à la condition des afro-américains). Je l’ai lu d’une traite, dans l’urgence d’en découvrir la fin. J’avais l’impression que Billie Holliday me susurrait son histoire au creux de l’oreille, la narration évoquant le langage parlé, avec des phrases courtes, percutantes, parfois sans verbes. Un bon roman pour grands adolescents et même adultes, qui donne envie de (re)découvrir la voix de cette grande chanteuse.

 

 

(1) Lu récemment Sweet Sixteen de Annelise Heurtier

(2) Allusion au titre d’une de ses plus célèbres chansons, Strange Fruit.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 22:33

 

CHAMBLAIN, Joris / NEYRET, Aurélie

Les Carnets de Cerise. Tome 2. « le livre d’Hector »

Soleil, 2013 (Métamorphose), 74 p.

ISBN : 978-2-302-03095-4

15,95 euros

 

http://soleilprod.com/images/upload/albums/2758_500.jpg

Illustration d’Aurélie Neyret

 


Genre : bande dessinée – journal intime

Thème : enquête – secret – guerre – amour – amitié – relation à l’autre

Niveau : CM2 – 6e – 5e

 

Cerise vit seule avec sa mère. Elle adore les mystères, les enquêtes et rêve de devenir romancière. Alors qu’elle s’ennuie pendant l’été précédant son entrée au collège, elle observe une vieille voisine qui sort tous les mardis à la même heure. Elle décide de découvrir son secret : pourquoi emprunte-t-elle, toutes les semaines depuis 20 ans, le même livre à la bibliothèque ? Elle essaie d’entraîner dans l’aventure ses deux meilleures amies rentrées de vacances, Line et Erica, mais cette dernière supporte de moins en moins le caractère son amie Cerise, trop obnubilée par ses enquêtes…

 

Cette collection se veut à la croisée du livre jeunesse, du livre illustré et de la bande dessinée. Le style oscille effectivement entre le journal intime, avec des pages semblant extraites des carnets de Cerise, et la bande dessinée classique. Les dessins sont plein de charme et mettent en valeur l’héroïne. Celle-ci, attachante et positive, aime l’aventure et la littérature. Un modèle plutôt sympathique pour de jeunes lecteurs ! Ayant reçu le Prix Jeunesse d'Angoulême, l’auteur explique comment il a été inspiré pour créer son personnage : « Durant dix ans j’ai été animateur en école primaire, en clae et en colonie. La psychologie des enfants m’intéresse. Je les ai observées et j’ai rencontré des fillettes au profil de Cerise : téméraire, rebelle, bien éloignée des robes de princesse et des Barbie. Des gamines avec une personnalité affirmée, qui savaient ce qu’elles voulaient et ne suivaient pas bêtement les clichés inculqués par la société. »* Cerise possède aussi ses zones d’ombre : elle doit apprendre petit à petit à davantage tenir compte des sentiments des autres, sa mère ou ses amies.

 

Je n’ai pas lu le premier tome, mais j’ai été conquise par ce tome 2. Il peut se lire séparément, mais donne envie de découvrir celui qui précède ainsi que la suite, apparemment en gestation. Il me semble que c’est une BD qui va devenir une incontournable des CDI et bibliothèques jeunesse, dans la lignée de la série « Lou », que les élèves s‘arrachent… avec un petit quelque chose en plus.

 

* « Joris Chamblain récompensé au Festival d'Angoulême ». La Dépêche.fr. 4/02/2014. http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/04/1809762-joris-chamblain-recompense-au-festival-d-angouleme.html

 

Blog de l’illustratrice : http://ecartez-vous-jarrive.blogspot.fr

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 09:32

GANDOLFI, Silvana

L’île du temps perdu

Les Grandes Personnes, 2014, 272 p.

ISBN : 978-2-36193-245-9

16,5 euros


 

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/data_romans/42/172.jpg

 

Genre : aventure – fantastique - épistolaire

Thème : île déserte – amitié - temps

Niveau : 6e – 5e – 4e

 

Giulia et Arianna se perdent dans les galeries d’une mine, lors d’une sortie scolaire. Sans comprendre comment, elles se retrouvent sur l’île du temps perdu, peuplée d’enfants et d’adultes également perdus. Ils vivent désormais dans l’oisiveté, en récoltant les différents objets égarés sur terre, qui apparaissent sur le rivage. Mais des fumerolles inquiétantes diffusent des émanations toxiques qui transforment ceux qui les respirent en cannibales. Ces fumées proviennent du temps perdu, non plus par oisiveté ou rêverie, mais dans le stress et l’ennui… Comment le combattre, sur l’île comme sur Terre ?

 

J’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, mais me suis ensuite laissée emporter par la poésie du style autant que de l’histoire, qui soulève des réflexions sur le temps qui passe et ce que l’on choisit d’en faire.

 

Des lettres, signées S (l’initiale de l’auteur…), permettent de ponctuer le texte. La narratrice s’adresse à la protagoniste, son amie Giulia, dont elle a décidé de raconter les aventures dans un roman. Elle évoque ses doutes et questionnements liés à l’écriture : choix du narrateur, descriptions de certains passages, dialogues, influence de ce qu’elle vit sur ce qu’elle écrit… « Si quelque chose me trotte dans la tête, comment empêcher que cela se retrouve dans le livre que je suis en train d’écrire ? Peut-être ne suis-je pas encore un écrivain professionnel : un véritable auteur ne mélange pas tout. »

 

L’auteur a également écrit le Baume du dragon, prix des Incorruptibles 2009. On y retrouve quelque chose de cet univers fantastique et poétique. Et l’on ne peut s’empêcher de penser aux différentes îles qui ponctuent la littérature d’aventure : de l’île Mystérieuse à celle des enfants perdus de Peter Pan… Une île dont on a du mal à repartir…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 23:06

 

BEMELMANS MARCIANO, John

Les neufs vies de Philibert Salmeck

Les Grandes Personnes, 168 p. : ill. 2014,

ISBN : 978-2-36193-273-2

15 €


 

 

http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/data_romans/44/176.jpg

© Illustration de Sophie Blackall


 


Genre : humour noir

Thèmes : mort – méchanceté

Niveau : CM2 – 6e – 5e

 

 

Philibert Salmeck est le dernier descendant d’une longue lignée de Salmeck, qui ont l’étrange caractéristique de tous être morts précocement, par là où ils ont fauté… Élevé par son assistant, le fidèle Austerman, qui cherche à le protéger de tout, il a un jour une terrible idée pour échapper à la malédiction qui pèse sur sa famille : se faire transplanter les neuf vies de son chat. Il va cependant gâcher une à une ces existences supplémentaires…

 

Un roman original et drôle, qui nous raconte l’histoire terrible de l’égoïsme humain, avec humour et légèreté. Car ces sales mecs, qui volent, polluent, tuent… sans l’once d’un remord, ne sont pas sans rappeler le comportement de nos contemporains, poussé à l’extrême.

 

Le narrateur s’adresse régulièrement au lecteur, qu’il interpelle, notamment dans son « Avertissement à l’intention de tous les lecteurs » : « si vous êtes impressionnable, sentimental ou émotif, nous vous suggérons d’abandonner immédiatement. » Le ton et l'histoire évoque certains classiques de la littérature jeunesse, comme les romans de Roald Dahl ou de Lemony Snicket. Il plaira sûrement, pour son humour décalé.

Partager cet article
Repost0