Presentation

  • : Le Bateau Livre
  • : Pédagogie, Bibliographies de littérature jeunesse & Activités autour de la lecture, la recherche documentaire, l'EMI, l'éducation à l'image, le bien-être... (collège-lycée)
  • Contact

Auteur

  • Mathilde Bernos
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.
  • Enseignante-documentaliste depuis 1998, j'exerce en collège dans l'Académie de Nice. J'ai animé des formations sur la littérature jeunesse, les carnets de voyage et les blogs dans l'Académie de Versailles et sur la relaxation et le bien-être dans l’Académie d’Aix-Marseille.

Recherche

Stop la pub !

 

_1200540.jpg

Pour éviter de voir des PUBS inopportunes
à bord du "Bateau Livre",
vous pouvez installer le module Adblockplus.

Droits de reproduction

Le travail pédagogique se partage.
Mais merci de
- ne pas le diffuser en ligne,
- me contacter avant toute utilisation pédagogique
- citer vos sources :
©DI - Mme B
ernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr
NB : Aucun document ne sera envoyé en pièce jointe.
------------------------
---------------------------------------------------
Si la reproduction d'une couverture de livre
pose problème, signalez-le moi,
pour que je complète ses crédits iconographiques
ou que je la supprime du blog.
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 17:54

 

ALMOND, David

Je m’appelle Mina

Gallimard, 2012, 317 p. (Grand format littérature)

ISBN : 978-2-07-063904-5

14,4 €

 

 

http://www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/1eb/product_9782070639045_244x0.jpg

Cliquer sur la couverture pour feuilleter le début du livre

 

 

Genre : journal intime

Niveau : 4e – 3e – lycée

Thème : différence – deuil – écriture – école

 

 

Mina a perdu son père très jeune. Elle est une enfant sensible, différente des autres, qui la laissent à l’écart. Elle n’arrive pas à répondre aux attentes de sa prof, Mme Scullery, qui lui reproche sans cesse : « c’est Typique McKee ! ». Elle commence un journal intime pour raconter ce qu’elle observe et ressent : « Maintenant que j’ai commencé, c’est formidable de voir les pages blanches qui s’étendent devant moi. Écrire sera comme un voyage, chaque mot sera un pas qui m’emmènera vers une terre inconnue. » (p. 75)

 

Car elle aime les mots, qui sont bien souvent le thème même de ses écrits : « Les mots devraient flâner et vagabonder. Ils devraient voler comme les chouettes, voleter comme les chauves-souris, et se faufiler comme les chats. Ils devraient murmurer, crier, danser et chanter. […] Certaines pages seront comme un ciel avec un seul oiseau dedans. D’autres seront un ciel avec un vol tourbillonnant d’étourneaux. Mes phrases seront une poignée de mots, une collection, un dessin, un essaim, comme un banc de poissons, ou une mosaïque. » (p. 9)

 

Dans son journal alternent ainsi ses pensées, le récit de moments importants de sa vie, qu’elle raconte à la troisième personne, ou des poèmes :

 

 CE MATIN UN SEUL

OISEAU

DANS LE CIEL

 

CE MATIN UN SEUL

MOT

DANS MA PAGE

 

La mise en page et la typographie jouent un rôle à part entière dans ce roman. Ils participent du plaisir des mots, tant lié à leur musicalité qu’à leur graphie. Les différentes parties sont aussi ponctuées des « activités hors pistes » que Mina propose au lecteur de pratiquer : « Ecrivez une histoire sur vous-même comme si vous l’écriviez sur quelqu’un d’autre. » (p. 61) De pensées en récits, elle se forge sa propre idée de l’écriture : « Alors écrire, c’est comme emmener certains mots en promenade » (p. 284).

 

Et Mina nous emmène dès les premières pages ! J’ai été transportée par ce roman, par ce personnage attachant, par l’écriture, si poétique et sa mise en forme. Difficile de donner un avis objectif… J’ai tout simplement ADORÉ ! Le genre de roman que l’on est un peu triste d’avoir fini, parce qu’il faut quitter son univers… Il me tarde de voir comment les élèves le recevront. Il devrait intéresser les collègues de français, notamment pour ses belles métaphores sur l’écriture. Et pourquoi pas proposer des « activités hors piste », dans le cadre d’un atelier d’écriture ou d’un club ? Elles me rappellent les idées de l’artiste Keri Smith, auteur entre autres de How to be an explorer of the world.

http://www.kerismith.com

http://www.flickr.com/photos/kerismith

 

Ce texte me donne aussi très envie de découvrir le premier roman jeunesse de David Almond, Skellig, qui raconte l’histoire de Michaël, le garçon qui s’installe dans la maison voisine de Mina. L’occasion d’enrichir un réseau sur les romans avec différents points de vue  : http://lebateaulivre.over-blog.fr/article-13816529.html

 

Le site de l’auteur :

http://www.davidalmond.com

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je l'ai lu avant le blog... donc pas de lien ! Désolée !
Répondre
A
J'avais beaucoup aimé "Le jeu de la mort", un roman complexe, et tu me donnes très envie de découvrir ccelui-ci !
Répondre
M


Tu me diras ce que tu en as pensé !
Cela me donne effectivement d'en lire d'autres de cet auteur.


 


(PS : tu as mis un lien vers un blog ?


Cela ne semble pas fonctionner)